Samira Oukhiar, une Rifaine révolutionnaire

Samira Oukhiar, une Rifaine révolutionnaire

Samira Oukhiar est née il y’a trente-sept ans à Al Hoceima, une région du Rif du Maroc, dans une famille de forte tradition culturelle. Elle fait ses  premières études dans sa ville natale. Après avoir obtenu son baccalauréat en lettres modernes à l’Institut Moulay Ali Cherif, elle se déplace à la capitale du Royaume, Rabat, pour pouvoir poursuivre ses études supérieures à l’université Mohammed V en langue et littérature espagnoles, spécialité Linguistique. «C’était très difficile pour une fille rifaine de se déplacer toute seule et de poursuivre ses études en dehors de sa ville d’autant plus que je suis issue d’une famille et d’un milieu très conservateurs», a expliqué Samira Oukhiar. Une année plus tard, Mme Oukhiar part en Espagne pour soutenir son doctorat. En 2003, elle a obtenu son diplôme d’études supérieures (D.E.A) à l’université Complutense de Madrid, où elle prépare sa thèse doctorale. «Depuis mon arrivée en Espagne, je combine ma vie d’étudiante avec mon implication dans les questions relatives à l’intégration et la formation des personnes qui ont émigré pour trouver de meilleures opportunités», a indiqué Samira Oukhiar. En 2003, elle s’est portée volontaire pour différentes entités: Centre d’attention social de l’immigré, gouvernement de la Région de Madrid, SOS Racisme Madrid, Mouvement pour la paix (MPDL) ou encore Croix -Rouge espagnole. Mme Oukhiar ne s’est pas arrêtée là. Elle a d’autres passions dans sa vie quotidienne. «J’enseigne la langue espagnole, je donne des cours d’alphabétisation pour les femmes migrantes. J’organise aussi des ateliers avec elles sur des questions de genre, l’autonomisation et l’égalité des chances», a-t-elle dit. Face à un paysage migratoire en évolution de plus en plus vaste, multiculturel et complexe en Espagne, qui exige plus d’outils pour travailler et gérer cette réalité, cette jeune rifaine a choisi de se former et de se spécialiser en matière migratoire, spécialement en tout ce qui concerne les questions du genre et la migration féminine. «Pour faire tout cela, j’ai obtenu une maîtrise en “immigration, réfugiés et relations intercommunautaires” à l’université autonome de Madrid», raconte-t-elle. Ainsi que d’autres maîtrises notamment «Relations de genre et développement», «Migration et coopération internationales: enjeux et perspectives» à l’université Complutense de Madrid, fait-elle savoir. Après, elle s’est consacrée pendant un certain temps au travail technique sur des projets de développement entre l’Espagne et le Maroc à la Fondation Commission espagnole d’aide aux réfugiés (FCEAR). Depuis 2006, elle est coordinatrice de l’Association socioculturelle Ibn  Battouta (ASCIB) à Madrid. «L’ASCIB est une organisation non gouvernementale (ONG) fondée il y a 15 ans à Barcelone par de jeunes Marocains soucieux pour l’immigration marocaine en Espagne et son intégration», a expliqué Mme Oukhiar. La délégation de Madrid, qu’elle préside, travaille sur divers projets de soutien et de formation aux femmes marocaines et les immigrées en général. Son long séjour en Espagne n’a pas affaibli son fort lien avec son pays d’origine. Bien qu’au départ, l’objectif était d’achever ses études pour retourner au bercail, après plusieurs années de travail intense avec la Communauté des immigrés marocains à Madrid. «Je crois que les grandes possibilités offertes par les réseaux transnationaux établis entre le Maroc et l’Espagne pour promouvoir le développement local et l’égalité de genre, ont dirigé mes pas vers le co-développement comme une stratégie pour continuer à travailler pour son pays et sa communauté d’origine».
Mariée depuis un an, Samira Oukhiar aime consacrer son temps de loisir à la lecture, la natation et surtout à sa petite famille. «L’idée de capitaliser le potentiel migratoire dans le but de développer son pays d’origine a fini de prendre forme», a-t- elle conclu.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *