Santé : Ramadan : manger sain et équilibré

Santé : Ramadan : manger sain et équilibré

Pendant le Ramadan, la consommation d’eau et de crudités devient faible, tandis que celle des protides et lipides augmente considérablement. Une étude marocaine a montré que la consommation des sucres à assimilation rapide augmente pendant le Ramadan. Il est à signaler que les paramètres les plus étudiés pendant le Ramadan chez le sujet sain concernent la concentration plasmatique des glucides, des lipides et des protides ainsi que les paramètres hématologiques et la balance hydro-électrolytique. Des études plus récentes, avec une méthodologie plus adaptée, se sont intéressées aux variations circadiennes des hormones et de la température corporelle pendant ce mois. En ce qui concerne la glycémie, la majorité des études a montré que celle-ci n’est pas modifiée chez le sujet sain pendant le jeûne. Le protocole de ces études présente une limite méthodologique, la glycémie étant mesurée une seule fois par jour, après 10 à 12 heures de jeûne et l’heure des prélèvements pendant le Ramadan est différente de celle en dehors de ce mois.
Par contre, dans une autre étude, la glycémie a été mesurée plusieurs fois par jour aux mêmes heures en dehors et pendant le Ramadan. Cette étude a montré que la glycémie augmente à 02h30 et 08h et diminue à 17h30 pendant le Ramadan et son niveau moyen sur 24h diminue. Pour ce qui est des lipides, les principaux résultats concernant les lipides plasmatiques montrent une augmentation du cholestérol total et des HDL accompagnée d’une baisse des LDL. Les triglycérides ne semblent pas changer pendant le Ramadan. Pour les protides, on note généralement une augmentation des protéines plasmatiques totales, de l’albumine, de la créatinine, de l’acide urique et de l’urée plasmatique et urinaire pendant le mois sacré. Et il existe une diminution de l’apport hydrique et une augmentation de la concentration des ions urinaires et de l’urée.
Cependant, il faut noter que dans les pays humides et à température douce (Malaisie, Indonésie), la balance hydrique est équilibrée, alors que dans les pays au climat aride comme le Soudan et la Tunisie, elle est négative. Par ailleurs, dans une étude récente, une augmentation de l’osmolarité plasmatique, du sodium, et des bicarbonates ainsi qu’une diminution du fer, ont été observées chez les sujets sédentaires et non chez les sujets actifs.
D’un autre côté, si les variables hématologiques ne semblent pas être modifiées pendant le Ramadan, certaines études ont montré une diminution de l’hémoglobine et une augmentation de l’hématocrite. Des modifications des cellules sanguines ont été rapportées avec diminution des lymphocytes T, agrégation des plaquettes et une augmentation du temps de la coagulation. Le poids corporel connaît une légère diminution, selon de nombreuses études menées dans des pays musulmans et non musulmans. D’après certains auteurs, cette perte pondérale est associée à une diminution de l’apport énergétique quotidien, qui doit être normalement de 2700 Kcal pour les hommes, de 2000 Kcal pour les femmes, de 2300 Kcal en cas de grossesse et de 2500 Kcal en période de l’allaitement. Les variations de l’apport énergétiques dépendent des habitudes alimentaires de chaque pays. Au Maroc, la prise des repas se fait exclusivement en période nocturne avec une tendance exagérée à la consommation de glucides et de lipides dans tous les foyers, quels que soient leurs niveaux de vie.

Source : Synthèse des travaux de recherches de la Fondation Hassan II pour la recherche scientifique et médicale pendant le Ramadan

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *