Santé : Une performance chirurgicale à Casablanca

Une intervention particulièrement délicate qui a permis à un patient de récupérer son audition et la fonction de son nerf facial alors que son cas était désespéré. Le patient, Rafik Damraoui, 27 ans, souffrait en effet d’une paralysie faciale périphérique gauche totale avec perte de l’audition liée à de multiples fractures du rocher avec rupture et atteinte de la chaîne ossiculaire, et ce suite à un accident de la circulation en avril dernier.
Cinq mois après, le patient a été confié au service d’otorhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale à l’Hôpital 20 Août pour être opéré le 11 du mois courant par une équipe dirigée par le professeur Chakib Aït Benhamou, désormais connu pour avoir le 16 août dernier réussi une première mondiale consistant en le remplacement d’une perte de substance du pharynx et de l’oesophage cervical sur une longueur de 15 cm par ascension de l’oesophage cervico-thoracique saturé à la base de la langue reconstituant une filière digestive. Depuis, le bénéficiaire de cette prouesse chirurgicale, M. Mohamed Ouhdani de Beni Mellal, parvient tout seul à s’alimenter par voie normale. Il ne lui reste juste que de terminer une série de séances de rééducation pour la production de la parole à partir de la filière digestive.
Expliquant à la MAP la particularité de cette opération, le Pr Aït Benhamou indique qu’il s’agissait de procéder à des décompressions des atteintes du nerf facial au niveau du ganglion géniculé et de la portion labyrinthique en large et au contact du lobe temporal après atticotomie sus méatique, ablation des osselets cassés (marteau-enclume) et squelittisation des ampoules des canaux semi-circulaires supérieur et latéral. Une technique, a-t-il tenu à préciser, qui a été tentée une première fois par un chirurgien américain, le professeur May, mais qui reste toujours jugée très dangereuse, voire hasardeuse par la majorité des praticiens dans le monde, lesquels penchent plutôt vers la démarche classique en procédant à des décompressions de la première portion du nerf facial par voie sus pétreuse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *