Un rythme soutenu en période de crise

Un rythme soutenu en période de crise

L’année 2010 s’annonce de bonne augure pour le secteur immobilier. L’amélioration du contexte international constatée à partir du deuxième semestre de 2009 a nettement contribué à l’atténuation des répercussions négatives de la crise sur certains secteurs d’activités nationaux notamment l’immobilier. Selon le rapport du ministère des Finances publié en avril dernier, l’encours des crédits immobiliers a enregistré au cours des deux premiers mois de l’année 2010 un additionnel de 2,8 milliards de dirhams à hauteur de 1,6%, soit 2,3 milliards de dirhams à 2,1% de plus au titre des crédits habitat et 463 millions de dirhams à 0,7% de plus pour la promotion immobilière. Par ailleurs, dans le cadre du Fogarim, 1.753 ménages ont bénéficié durant les deux premiers mois de 2010 de la garantie du fonds, pour un montant de 253 millions de dirhams, portant ainsi le nombre des bénéficiaires depuis la création du fonds à 55.855 pour une production cumulée des prêts de l’ordre de 8,1 milliards de dirhams. Au niveau du secteur du Bâtiment et Travaux Publics, l’activité a pâti des précipitations abondantes qui ont marqué ce début d’année. En effet, les ventes de ciment ont baissé de 8,6% en février ramenant la baisse constatée depuis le début de l’année à 5,9% par rapport aux deux premiers mois de l’année 2009. Pour sa part, Bank Al-Maghrib a mis la lumière sur les conditions d’évolution du crédit bancaire. Ainsi, dans son rapport sur la politique monétaire publié en mars 2010, l’institution bancaire explique que dans un contexte marqué par un redressement graduel de la croissance non agricole, le crédit bancaire continue d’évoluer à un rythme soutenu. Son ralentissement observé depuis le deuxième trimestre 2008 reflétant principalement son alignement sur sa tendance de long terme. Son rythme annuel de progression est revenu de 15% au troisième trimestre 2009 à 10,2% au quatrième trimestre, soit des niveaux globalement comparables à ceux observés avant 2007. En janvier, le crédit a connu, en glissement annuel, une légère accélération à 11,6%, reflétant en partie un effet de base. Aussi, les variations à court terme font ressortir de manière plus réelle de telles évolutions, la progression du crédit bancaire, tant d’un trimestre à l’autre qu’en comparaison mensuelle, ayant, dans l’ensemble, connu une décélération. Le dynamisme des crédits à l’équipement se poursuit, favorisé par le bon comportement de l’investissement. Ils ont affiché une hausse annuelle de 26,6% au dernier trimestre 2009 et de 28,3% en janvier 2010, contribuant à hauteur de 5 points de pourcentage à la croissance globale du crédit. Bien qu’en ralentissement comparativement aux niveaux constatés durant l’année dernière, le rythme annuel de progression des crédits immobiliers demeure relativement soutenu, s’établissant à 12,6% en janvier, après 12,2% et 16,3%, respectivement durant les deux derniers trimestres de l’année 2009. Quant aux facilités de trésorerie, largement dominées par celles accordées aux entreprises, leur encours s’est globalement situé en début 2010 au même niveau qu’au trimestre précédent.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *