Vente de voitures neuves : vers plus de croissance

Vente de voitures neuves : vers plus de croissance

Jusqu’à l’an dernier, le marché automobile marocain (véhicules de tourisme et 4×4, importés et montés) accusait une croissance plutôt faible. En effet, avec une évolution de 3% en 2002 et de 4% en 2003, il n’y avait pas vraiment de quoi fouetter un chat. Puis en 2004, c’est un rebond de 10,6% que ce même marché a enregistré et ce, malgré la fin du montage des voitures économiques de Fiat dans la Somaca (Société marocaine de construction automobile), survenu vers la fin 2003. Un arrêt de production qui sera à l’origine d’une baisse continue durant les deux années suivantes, notamment en 2004 où la production a baissé de prés de 17%. En revanche, c’est justement le segment du CKD («completely knocked down»), soit celui du montage local, qui retrouve la croissance cette année (2005) avec +11% permettant une évolution de près de 19% du marché total marocain. Une performance relativement due au lancement commercial et industriel de la Dacia Logan au Maroc. Ceci étant, la croissance du marché automobile marocain reste menée par le segment CBU («completely build-up»), c’est-à-dire celui des voitures importées montées. Un segment qui représente à lui seul 72% du marché total et qui affichait une croissance de 21,6% à fin octobre 2005, soit moins que celle de 2004 qui s’établissait à 27%.
Il est impossible de dire qui est le leader de ce marché, toutes catégories confondues, puisque trois classifications s’imposent.
Ainsi, si l’on parle du marché des véhicules neufs importés (voitures de tourisme, 4×4 et véhicules utilitaires légers), l’importateur automobile numéro 1 reste Toyota du Maroc (TDM). Ce dernier a depuis le début de l’année 2005, vu ses ventes croître de 28% par rapport à 2004, où il (TDM) affichait déjà une croissance de 50% par rapport à 2003. Pendant 2005, Toyota aura donc vu la consolidation de sa position de leader du marché automobile CBU avec plus de 6.000 unités commercialisées à fin octobre.
Maintenant, si l’on aborde le marché marocain sous l’angle purement commercial des voitures de tourisme neuves importées et montées, c’est Renault qui reste en tête. La filiale marocaine de la marque au losange cumule, à elle seule, plus de 9.000 véhicules vendus entre le 1er janvier 2005 et le 31 octobre dernier. Un volume auquel s’ajoutent les ventes de la Logan, qui, officiellement, s’établissent à 1.655 unités (toujours à fin octobre 2005), soit celui des unités livrées aux clients, mais qui, en fait, devrait tourner autour de 3.500 bons de commandes enregistrés. Voire plus que ce chiffre, puisque Renault n’a pas communiqué sur la demande effective sur la Logan.
Autre classification possible, celle faite par groupe de marques et qui fait ressortir Sopriam comme étant numéro 1 du marché des voitures particulières (VP) neuves, importées et montées. Et pour cause, cette filiale de l’ONA compte plus de 11.000 véhicules de marque Peugeot et Citroën, vendus depuis le début de 2005.
Avec Volkswagen, qui cumule plus de 4.000 véhicules vendus en 2005, les labels précités (Toyota, Renault, Peugeot et Citroën) constituent les plus grandes marques du secteur, et se partagent, à eux seuls, près de 60% du marché des voitures particulières importées au Maroc.
Vient ensuite le duo coréen composé par Kia et Hyundai. Forts de gammes complètes et très compétitives, ces deux marques ont le vent en poupe. En 2005, l’importateur de Kia a livré plus de 2.000 unités (VP), soit autant que Global Engines (Hyundai), ou encore Fiat Auto Maroc. Ces trois marques ont en commun une part de marché d’environ 6%. Derrière, c’est Honda qui arrive avec un peu plus de 1.500 véhicules vendus, tandis que Ford et Opel frôlent le cap des 1.000 voitures vendues et ferment la marche du top-ten des marques les plus diffusées au Maroc.
Pour le reste, il est surtout intéressant de voir que dans ce marché, le segment du haut de gamme se porte toujours aussi bien. Derrière cet engouement pour les voitures de luxe, il faudrait surtout remarquer une offre plus que jamais diversifiée. Il est loin le temps où seule Mercedes se taillait la part du lion. En effet, la marque à l’étoile est de plus en plus concurrencée par BMW et Audi, puis dans une moindre mesure par Volvo et Jaguar. Pour exemple récent, on notera que BMW a vendu plus de modèles que Mercedes en octobre dernier (50 contre 29). Il y a également un phénomène quasi international, qui est celui des 4×4 de luxe. Ces Porsche Cayenne, Range Rover et autres hauts de gamme surélevés continuent à donner du fil à retordre à la traditionnelle limousine, puisque comme elle, ils s’affichent à environ 1 million de DH.
En somme, le marché automobile marocain se porte plutôt bien et ce, même si 2005 ne sera toujours pas l’année où le cap tant espéré des 100.000 unités sera atteint. Ceci étant, il devrait sensiblement croître d’ici la fin 2006 du fait de la Logan Diesel. Celle-ci ne sera pas commercialisée avant janvier prochain, mais pas  à moins de 100.000 DH comme prix d’appel.

Sources : l’Association des importateurs de véhicules automobiles montés (Aivam).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *