24 Marocains en lice

24 Marocains en lice

Il s’agit d’une importante épreuve de l’athlétisme. Les mondiaux de cross-country auront lieu ce samedi 28 mars à Amman en Jordanie. Comme chaque année, la bataille risque de faire rage entre les équipes du Nord et de l’Est africain et de quelques pays arabes.
De nouvelles nations sont également apparues dans le classement par équipes et à titre individuel. Du Maroc, une équipe de 24 athlètes, jeunes et moins jeunes, représentera le Maroc à la 37 édition du championnat du monde. La délégation nationale est composée, dans sa grande majorité, de jeunes athlètes.
Parmi les éléments sur lesquels sont fondés de grands espoirs pour redorer le blason du cross national après son échec lors de la dernière édition, figurent Ahmed Babbay, Anis Selmouni et Mounir Maârouft, médaillés d’argent avec l’équipe nationale en 2007 à Mombasa, ainsi que le vétéran Brahim Beloua, dans la catégorie masculine et Bouchra Chaâbi, Hanane Ouhaddou et Siham Hilali, chez les filles.
Le Maroc compte à son actif 33 médailles aux championnats du monde de cross-country, dont trois en or, 13 en argent et 17 en bronze. Le métal précieux a été obtenu par Khalid Sekkah en 1990 à Aix-Les-Bains ( France) et en 1991 à Anvers ( Belgique) et la sélection nationale du cross en 1998 à Marrakech.
Le Royaume avait également gagné deux titres au cross des nations grâce à feu Abdeslam Radi en 1960 à Glasgow et Ghazi Zaâraoui en 1966 à Rabat, outre son titre des juniors garçons décroché par Bouchta Benabdeslam en 1962 à Sheffield (Angleterre).
 La mission marocaine s’annonce très délicate pour les nationaux. La sélection des seniors filles est toutefois, l’unique chance de médailles pour le Maroc en raison de la participation d’athlètes aguerris à l’instar de Bouchra Chaâbi, Siham Hilal, Hanane Ouhaddou et Laila Hmattou qui tenteront de combler l’absence de Meryem Alaoui Selsouli et Asmae Laghzaoui.
Chez les hommes, la tâche sera plus difficile tant en individuel que par équipe. «Les chances de monter sur le podium restent ainsi très minimes d’autant que la course réunira des pays pionniers en la matière tels le Kenya, l’Ethiopie, l’Ouganda, l’Australie et les Etats-Unis», avait déclaré l’ex directeur technique Saïd Aouita bien avant son départ. Durant la dernière décennie, des pays comme l’Australie, le Canada, la France, la Grande-Bretagne, l’Irlande, le Portugal, la Roumanie, la Russie et les USA ont également remporté des succès dans la chasse aux médailles. Amman ne devrait pas être différente avec la participation de jeunes et talentueux juniors venant principalement d’Australie, de Grande-Bretagne, des USA et du Japon qui devraient rivaliser avec les Africains.
Chez les juniors, il faudra tout particulièrement compter sur l’Australien Ryan Gregson et sur l’Américain Miler German Fernandez qui détiennent actuellement les meilleurs temps en salle du 1500 m. La Japonaise, Asami Kato, quinzième l’année passée à Edinburgh, sera la capitaine de l’équipe junior tandis que la Britannique, championne du monde junior du 1500m, Stephanie Twell va courir avec les seniors.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *