Abdelhak Benchikha : «Je serais très heureux si mon équipe se classait cinquième en championnat»

Abdelhak Benchikha : «Je serais très heureux si mon équipe se classait cinquième en championnat»

ALM : Après le titre de la Coupe du Trône, quelle est l’étape suivante pour le club du DHJ ?

Abdelhak Benchikha : Après le titre c’est l’étape de la construction, bâtir des bases solides et construire à partir de ce titre, car c’est facile d’arriver au sommet, mais le plus difficile est d’y rester et assumer le rôle du champion en changeant la mentalité avec les moyens requis pour booster le club. Je tiens à vous dire qu’il y a la CAF qui vient en 2ème compétition et c’est très difficile de jongler entre les deux compétitions avec de longs déplacements en Afrique avec des matchs pas assez espacés dans le temps et qui usent les équipes qui n’ont pas un effectif riche.

Comment se déroulent les préparatifs pour la reprise ?

Après cinq jours de vacances, nous avons repris le 6 janvier. Le 8, nous avons joué un match amical que nous avons gagné par 1 à 0 contre l’équipe belge de Lokeren de la première division. Depuis lundi 13 janvier nous sommes entrés en concentration à Kahrama et nous y serons jusqu’au 20 du même mois. Entre-temps nous jouerons contre les FAR samedi 18, le 22 contre l’équipe nationale qatarie et le 25 contre le Rachad Bernoussi, avant d’achever les préparatifs sur un match contre Berkane le 1er février.

Pour cette reprise, j’ai préparé un dossier que j’ai remis à la direction qui comprend un bilan de la phase-aller marquée par un titre de coupe et une cinquième place au championnat qui représentait notre objectif du départ. Je mise à fonder une équipe compétitive et homogène avec 80% de l’effectif de l’année passée en plus d’une qualification en Coupe de la Confédération africaine de football. Nous ne devons pas oublier que le Maroc a besoin de ces compétitions pour reprendre les rênes du football. Ainsi de la convocation de quelques joueurs sélectionnés en équipe nationale des locaux Hadraf, Gadoum et Chagou, je trouve que cet appel est la cerise sur le gâteau et une reconnaissance pour ces joueurs jdidis. Et je suis plus content pour la convocation de Saasaa (32 ans), qui reste un exemple pour les jeunes prodiges.

Quels sont vos objectifs pour la deuxième manche du championnat national ?

Pour la 2e manche, c’est d’être en phase avec notre objectif, à savoir remporter la 5ème place. Il faut rester humble, respectueux et compétiteur. Ce sont les seules qualités qui mènent vers le succès.

Quel objectif vous a-t-on assigné après votre engagement avec le DHJ? Aspirez-vous à remporter le titre du champion du Maroc ?

Je crois que c’est encore prétentieux de jouer le titre du champion du Maroc alors que nous n’arrivons même pas à gagner à l’extérieur. Il y a des équipes plus fortes que nous avec un budget et un effectif performants. Je serais très heureux si mon équipe obtenait la cinquième place au classement général du championnat.

Est-il facile de redresser la barre d’une équipe qui a failli perdre sa place parmi l’élite ?

En arrivant au club jdidi, je me suis trouvé face à une équipe 9ème au classement avec une préparation en retard par rapport aux autres équipes. Malgré cela, j’ai débuté le 15 juillet 2012 et j’ai pris le risque de reprendre tout le travail de zéro car comme dit l’adage : «Si tu n’as pas le courage de débuter tu es déjà fini».

Envisagez-vous de renforcer les rangs des Jdidis à l’occasion du mercato hivernal ?

Tout le monde veut se renforcer, mais où sont les bons joueurs? Ce mercato permet de corriger l’affectation des joueurs au sein de l’équipe, car ce n’est pas possible de trouver un bon joueur libre à cemoment. Mais nous cherchons des jeunes perfectibles qui peuvent progresser et qui veulent montrer leurs compétences sur le terrain et leur motivation de booster leur nouvelle équipe.

Suivez-vous les matchs du CHAN? Et quel commentaire faites-vous sur cette compétition ?

Le Championnat africain des nations est une compétition intéressante pour les joueurs locaux qui sont appelés à prouver qu’ils n’ont rien à envier aux expatriés. Le CHAN c’est une occasion en or pour juger le niveau de nos joueurs des championnats locaux et c’est une avant-première pour la CAN 2015.
Comment évaluez-vous le niveau actuel du championnat ?

Le niveau du championnat marocain est moyen. Sinon comment expliquer que le Moghreb de Tétouan, champion d’automne en étant leader depuis la première journée jusqu’à la 15e avec un passage à vide de 7 matchs, et aucune équipe ne l’ait rejoint. Si on analyse objectivement sans démagogie tout le monde me donnera raison.

Actuellement, nous sommes à la troisième année de l’ère du professionnalisme. À votre avis, le championnat a-t-il vraiment cet esprit d’un championnat professionnel ?

Le professionnalisme est d’abord un mode de vie, des rites, des traditions et une ligne de conduite. Une autre génération profitera du vrai professionnalisme footballistique, mais pas celle-là.

Comment trouvez-vous la dernière prestation du Raja au Mondial des club ? Et pensez-vous que le Raja est une équipe qui mérite d’être dans la cour des grands?

Nous étions tous heureux pour le Raja de Casablanca. D’ailleurs, j’ai vu le premier match avec mes joueurs et croyez-moi nous avons sauté de joie à chaque but comme de vrais supporteurs du club casablancais. Il faut que la performance du Raja soit un boute-en-train pour le football marocain. Le Raja est arrivé à unir le peuple marocain, maghrébin et arabe. Mais c’est un autre contexte après le FC Bayern, il ne faut pas oublier que le Raja a perdu contre le Moghreb de Tétouan, alors il faut mettre de la glace sur la tête et reprendre le travail.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *