Abdelhamid Bellitou : «Des cadres espagnols vont assurer la formation dans notre école»

Abdelhamid Bellitou : «Des cadres espagnols vont assurer la formation dans notre école»

ALM : Vous avez gagné le titre de champion face à l’Association sportive de Salé, comment avez-vous  vécu cette finale ? 
Abdehamid Bellittou: C’était un match très difficile sur tous les niveaux. On ne pouvait pas faire de pronostics dans des rencontres pareilles. L’ASS  est une grande équipe du Basket-ball national qui était finaliste l’année dernière. Lors de la finale qui s’est déroulée samedi 21 juin à Tétouan, le titre de champion  s’est joué dans les dernières secondes du match. L’enjeu était crucial pour les deux formations. Les basketteurs étaient conscients de la responsabilité qui était sur leur charge. Nos joueurs ont sorti le grand jeu. Ils jouaient devant leur public. L’IRT a gagné son deuxième titre de la saison après celui de 1993. Globalement, le match a satisfait les observateurs et les fans de la balle orange venus en masse pour suivre le match.       

Cette année, l’équipe a vécu des hauts et des bas, notamment après son élimination de la Coupe du Trône. Comment expliquez-vous cela ?
Il est vrai que notre prestation dans la dernière édition de la Coupe du Trône n’était pas convaincante. L’équipe est sortie lors des quarts de finale. Mais notre élimination n’était pas surprenante.  Elle est due au mauvais choix que nous avions fait en recrutant certains entraîneurs. Aujourd’hui, nous assumons la responsabilité de leur mauvaise gestion. En effet, contrairement aux attentes, le rendement de l’équipe avait régressé. Par la suite, j’ai procédé à la nomination de Nizar Mesbahi en tant que nouvel entraîneur. Celui-ci a pris en charge l’équipe après son élimination de la Coupe du Trône.  C’est un grand technicien. L’année dernière, il coachait l’équipe féminine. Il était aussi l’adjoint de l’ex-entraîneur Said Bouzidi. Il est vrai qu’on a pris des risques dans ce changement intervenu au milieu de la saison. Heureusement, Nizar Mesbahi s’est facilement  intégré au sein du groupe.

Plusieurs changements ont affecté le groupe cette année.  Pourriez-vous nous en parler?
Notre équipe s’est engagée cette année dans plusieurs recrutements. Elle s’est attachée les services de basketteurs nationaux et internationaux, citons entre autres, Mustapha El Khelfi, Saïd El Fateh, Mohamdou Pape, sénégalais, et autres.  Les nouveaux recrus ont signé avec le club des contrats de cinq ans. D’autres joueurs, internationaux, se sont engagés pour deux ans. Le club aspire à améliorer la situation de ses joueurs. Il garantit aux joueurs leurs droits d’études, de logement et une couverture sociale. J’estime qu’un engagement pareil est une première au niveau du basket-ball national. De leur côté, les joueurs demeurent attachés au service du club même en jouant à l’extérieur.

Récemment, le club a signé une convention avec la Fédération espagnole de basket-ball (FEB). En quoi consiste-t-elle?
Pour assurer la relève au sein de notre club, nous avons signé une convention avec la FEB qui porte sur la formation de cadres et des joueurs de l’école de Tanger. Comme on le sait, les basketteurs espagnols sont de bons joueurs. Cette convention,  signée sous l’égide de la Fédération royale marocaine de basket-ball (FRMB) prendra effet à partir de septembre 2008. Des formateurs espagnols se déplaceront dans la ville pour assurer leur mission.  A titre indicatif,  l’école de Tanger réunit aujourd’hui près de 350 élèves et 10 encadrants. Sa principale mission est de dénicher les talents pour promouvoir le basket-ball régional et national.  L’IRT vise aussi à construire un centre de formation. Le projet initié sous l’égide du ministère de la Jeunesse et des Sports, verra le jour prochainement.  

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *