Adil Qatine continue son périple

Marcher pour la paix, l’entente et l’union entre les peuples. Tel est le message du périple que mène le globe-trotter marocain Adil Qatine. Un périple qui doit le mener aux quatre coins du globe le 7 novembre dernier à Rabat, au lendemain de l’anniversaire de la glorieuse Marche Verte. À trente ans, il ne compte que sur ses jambes d’athlète pour aller jusqu’au bout de son rêve même s’il accepte, bien volontiers, d’être pris par un automobiliste généreux pour quelques kilomètres de temps à autre. Après les pays de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), Adil a usé ses baskets en Egypte, en Jordanie, en Syrie, en Turquie, au Liban, en Iraq, en Iran avant d’arriver au Pakistan et en Inde.
L’ancien sociétaire de l’Olympique Marocain était arrivé, il y a deux semaines, à New Delhi en provenance d’Islamabad en passant par Lahore avant de traverser la frontière indo-pakistanaise et de marcher sur Amristar dans le Punjab. Après une pause à Dacca, cet Ibn Battoutta des temps modernes qui n’aspire qu’à l’enrichissement culturel et spirituel et à propager, certes de façon modeste, les nobles idéaux de la paix et de la solidarité entre les peuples, visitera Myanmar, la Thaïlande, le Vietnam, la Chine, la Corée du Nord, la Corée du Sud et le Japon avant de remettre le cap sur la Russie.
Dès la fin de l’été et avant l’arrivée de l’hiver glacial des pays scandinaves, Adil dont les talons ne sont assurément pas ceux d’Achille, se remettra en marche à partir de la Finlande pour joindre les pays de l’Europe et rentrer au pays vers la fin de juillet 2003.
Entre-temps, le globe-trotter national aura réalisé son rêve d’enfance, réunir une collection de photos inédites pour son album qu’il compte partager avec le public marocain dès son retour et recueillir des impressions et des informations de première main qui feront sûrement un best-seller de son livre-carnet de route, où il consigne méticuleusement les incidents et les détails les plus croustillants sur son parcours.
Qatine a quitté New Delhi le coeur léger marchant d’un pas sûr sur Agra pour une journée au Taj Mahal, confiant que les merveilles à découvrir les jours prochains seront aussi enrichissantes que celles déjà croisées.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *