Alonso, seigneur de Saint-Marin

Alonso, seigneur de Saint-Marin

Le pilote Renault, leader du championnat du monde de Formule Un, a devancé d’un cheveu le septuple champion du monde Michael Schumacher, à l’issue d’un duel somptueux.
"Pas mal, non ? C’était très difficile. Il a contrôlé, je pense qu’il a fait quelque chose de vraiment spécial", a commenté le directeur sportif de Renault, Flavio Briatore.
"Je crois qu’on a assisté à une course comme on en voit peu dans une vie", a dit le président de Renault F1, Patrick Faure. "Je pense qu’on a peut-être vu le passage de témoin entre deux générations. Fernando a un talent inouï."
Le Britannique Jenson Button, sur BAR -Honda, a terminé troisième d’une course haletante, marquée également par l’abandon rapide de la McLaren de Kimi Räikkönen.
En quatre courses, Alonso a cumulé un total de 36 points sur 40 possibles et compte désormais 26 longueurs d’avance sur Schumacher.
Et Renault, avec le succès de Giancarlo Fisichella au GP d’Australie, compte quatre victoires en quatre courses cette saison.
"C’est le plus beau combat que j’ai jamais mené", a déclaré Alonso. "Je savais que Michael tournait une seconde au tour plus vite que moi et que ma seule chance était de le retenir un peu dans les chicanes pour garder un peu d’espace dans les lignes droites."
Avec un réservoir plus vide que celui de ses adversaires, Räikkönen prenait un départ canon, creusant d’emblée un écart de deux secondes sur Alonso. Mais après seulement huit tours, le Finlandais rentrait aux stands pour n’en plus ressortir.  "C’est sûrement un problème de transmission. C’est dommage car nous avions les moyens de gagner aujourd’hui", a dit Räikkönen.
La voie était donc libre pour Alonso, qui s’échappait tranquillement. Renault pouvait s’en féliciter, mais déplorait l’abandon de Giancarlo Fisichella, qui perdait le contrôle de sa monoplace.
"Il va falloir étudier ce qui s’est passé. J’ai totalement perdu le contrôle de la voiture", a dit Fisichella. "Je suis vraiment déçu, c’est un mauvais week-end. C’est la troisième course de suite où je ne marque aucun point", a-t-il déploré.
Schumacher, parti 13e après une sortie de piste lors de la seconde séance d’essais qualificatifs, refaisait rapidement son retard pour s’installer en troisième position un peu avant la mi-course. Il fondait sur la BAR de Jenson Button. A 17 tours de l’arrivée, le septuple champion du monde était dans les roues du Britannique. A 14 tours du drapeau à damiers, il passait brièvement en tête au moment où Alonso ravitaillait son bolide.
Mais l’Espagnol reprenait la tête quand Schumi passait aux stands. Malgré la hargne de l’Allemand, Alonso, avec le même moteur qu’à Bahreïn, résistait tout au long des 15 derniers tours.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *