Amri : Les raisons d’un départ

«Le climat était devenu malsain pour moi au CODM de Meknès, avec lequel j’entamais cette année ma troisième saison», nous déclare Aziz Amri en guise de préambule. Le désormais ex-coach de Meknès, qui a entre-temps pris en main le Moghreb de Fès (MAS), explique sa décision par le fait qu’il ait réclamé –et obtenu – tous ses arriérés, qui s’élèveraient à près de 130.000 dirhams. Et, selon lui, la goutte qui a fait déborder le vase est cet incident survenu à Casablanca. L’équipe y était en phase de concentration avant le match contre le Chabab de Mohammédia (SCCM), qui s’était soldé par un nul blanc (0-0). Un membre du comité avait décidé de faire don de 50.000 dirhams aux joueurs pour les encourager à continuer sur leur lancée.
Avant CODM/SCCM, l’équipe meknassie avait fait un sans-faute de quatre victoires, face respectivement à l’OCK (à Meknès), à la JSM (à Laâyoune), à la RSS (à Settat) et au Raja (à Meknès), totalisant un total de 12 points sur 12 possibles. « Or, s’étonne-t-il, alors qu’il était prévu que chaque joueur empoche 2.500 dirhams, ces derniers n’ont perçu en tout et pour tout que la somme de 1.000 dirhams chacun !». Une décision qu’il qualifie d’inique à l’égard des joueurs. En tant qu’entraîneur, il aurait dû percevoir le double des joueurs, soit 5.000 dirhams. Mais il ne s’est vu proposer que les 1.000 dirhams distribués à chaque joueur. D’autres personnes que l’entraîneur et son équipe auraient, selon lui, bénéficié de cette manne… Chose qui, dit-il, l’a révolté, mais qu’il met sur le compte de «provocations dues au fait que j’avais réclamé mes arriérés après de longs mois de patience». Aziz Amri estime qu’en agissant ainsi, on voulait le pousser à partir. «Même quand le joueur Benjeddou a été cédé au WAC contre 250.000 dirhams en juillet, je n’avais rien réclamé».
Et d’affirmer que «tout se passait bien» et que «l’équipe tournait bien jusqu’à ce fâcheux incident». Durant tout l’entretien, il a insisté sur le fait qu’il ne s’agissait «nullement d’une question d’argent», mais bien du début de «tracasseries visant à le provoquer».
Aziz Amri, qui a fait les beaux jours de l’Union Sportive de Sidi-kacem (USK) et des FAR de Rabat en tant que joueur, dit qu’après cet incident, il a préféré mettre le «holà» en allant voir ailleurs. Et cet ailleurs, c’est le Moghreb de Fès, qui vient de limoger Aurel Ticleanu. La défaite face au WAC en finale de la Coupe du trône n’avait visiblement pas été du goût des dirigeants du MAS. Par ailleurs, Amri se défend violemment d’avoir prémédité cette histoire pour pouvoir aller au MAS.
«Quand ils m’ont contacté, les dirigeants de l’équipe fassie, m’ont d’abord demandé de confirmer l’annonce de mon départ de Meknès», a-t-il dit. Par delà cet incident regrettable, il a souhaité bonne chance au CODM et se concentre déjà sur ses nouvelles fonctions de coach du MAS.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *