Anelka, le fils maudit

L’attaquant du PSG, Nicolas Anelka, continue d’accumuler les coups durs. Quelques jours seulement après avoir été écarté de l’équipe nationale de France qui disputera la coupe du monde en Corée du Sud et au Japon, puisque le sélectionneur Roger Lemerre lui a préféré le buteur de l’AJ Auxerre, Djibril Cissé, le voilà encore dans la désillusion.
Le manager français du club anglais de Liverpool, Gérard Houllier, ne veut plus de lui. « Cela a été une décision difficile et nous savons que Nicolas sera très déçu, mais le manageur a toujours oeuvré pour ce qu’il considère être le bien du club et le développement de l’équipe », a indiqué lundi le club anglais de football sur son site Internet pour expliquer sa motivation. Motivation ! C’est ce que l’ex-attaquant d’Arsenal et du Real Madrid cherchait chez le club londonien. Or il se trouve aujourd’hui que la déception est conséquente chez l’ancien-international français, surnommé «la flèche», lui qui avait récemment déclaré être «heureux à Liverpool ».
Pour le deuxième du championnat d’Angleterre et qualifié pour la Ligue des Champions, la décision de garder ou pas Anelka va intervenir dans les quelques jours qui viennent. Pourtant, il y a une semaine, les deux clubs, le PSG et Liverpool, se sont mis d’accord sur le montant du transfert du joueur estimé à 19,23 millions d’euros.
Le PSG avait versé 33,23 millions d’euros au Real pour le transfert du Français en juin 2000. Certes, Anelka a porté les maillots des plus grands clubs européens, en plus du titre de la Ligue des Champions avec le Real en 2000, mais c’est sa baisse de régime et son manque de performances qui, depuis, sont derrière la chute de sa cote. Autre argument : une récolte maigre pour la saison 2001-2002 que ce soit au PSG (20 matches, 5 buts), puis à Liverpool à partir de janvier (20 matches, 3 buts).
A Liverpool, on parle déjà de l’arrivée de celui qui a pris la place à Anelka en équipe nationale, en l’occurrence Cissé. «Nico» apparaît désormais comme un joueur «maudit» après ses deux non-sélections en coupe du monde (1998 et 2002), son passage manqué au Real Madrid et son retour heurté au PSG avant de s’envoler vers Liverpool.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *