Au Japon, l’argent liquide est roi

Les supporteurs étrangers qui assisteront à la coupe du monde de football, co-organisée par la Corée du Sud et le Japon, risquent d’être déçus s’ils veulent régler leurs achats avec des cartes de crédit. Et pour cause : au Japon, on parle liquidité. Grand nombre de banques nipponnes n’acceptent pas les cartes de crédit provenant de l’étranger et la seule monnaie étrangère admise sur le sol japonais est le dollar américain.
Pis encore, en dehors des villes principales, les cartes de crédit internationales ne sont pas acceptées par les distributeurs automatiques locaux. « On ne peut pas les utiliser partout », confirme Edward Bardos, un avocat anglais de 27 ans qui travaille à Tokyo et qui éprouve de grandes difficultés à utiliser ses cartes Americain Express, Visa ou Cirrus sur le sol du pays du soleil levant. « Le japon a la réputation d’être le pays le plus avancé au monde dans le domaine de l’électronique, mais quand je suis arrivée ici, j’ai constaté que leur système bancaire était réellement archaïque », raconte Susan Kelly, une enseignante irlandaise en vacances.
Le gouvernement japonais recommande aux visiteurs qui veulent se rendre au Japon durant le mondial-2002 de se pourvoir en argent liquide dans les 24.000 bureaux de poste équipés de distributeurs acceptant les cartes de crédit étrangères. Cependant, ces bureaux ne sont ouverts que de 8h00 à 17h00, du lundi au samedi, et il n’y en a que dix ouverts 24 heures sur 24. Durant l’un de ses voyages à Nagoya (centre-sud), Bardos raconte que, n’ayant pas assez d’argent liquide pour payer sa facture d’hôtel, qui n’acceptait aucune de ses cartes de crédit, pas plus que le distributeur automatique local, il avait été obligé, la poste étant fermée, de signer une reconnaissance de dette avant de régler sa note de retour chez lui.
Au Japon et selon des statistiques, seulement 6 % des paiements se font par cartes de crédit, contre 20 à 25 % aux Etats-Unis. Mêmes les chèques de voyage ne sont pas faciles à utiliser chez la deuxième puissance économique du monde. Aussi, les opérations de change ne sont pas monnaie courante chez les banques. Seule solution pour les supporteurs étrangers est de changer de grosses sommes en yen avant de mettre les pieds sur le sol japonais. Sinon, c’est la déconvenue !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *