Aziz Bouderbala : «Nous n avons pas encore une bonne équipe pour gagner la Coupe d Afrique des Nations»

Aziz Bouderbala : «Nous n avons pas encore une bonne équipe pour gagner la Coupe d Afrique des Nations»

ALM : À l’heure du choix du sélectionneur national vous étiez pro Rachid Taoussi. Pourquoi ce choix ?
Aziz Bouderbala : Je n’étais pas pro Rachid Taoussi. Il y avait quatre candidats et j’ai donné mon avis sur Taoussi. J’ai estimé que c’était lui le mieux placé pour cette mission et surtout capable de constituer une bonne sélection pour le match retour contre le Mozambique. Et effectivement Rachid Taoussi a su négocier le match et nous avons gagné sur un très bon score. Mais cela ne veut pas dire que les autres candidats ne sont pas à la hauteur, mais c’était l’homme de cette étape après les piètres résultats d’Eric Gerets.

On remarque que vos pronostics sont toujours justes. Quel commentaire faites-vous ?
Oui effectivement j’avais prévu ce résultat pour notre équipe nationale. Et je suis très content pour ce résultat. Maintenant les choses sérieuses vont commencer avec notre qualification à la CAN-2013 en Afrique du Sud.

Justement, après la prestation de l’équipe nationale, est-ce qu’on peut dire que la sélection est bien partie pour défendre dignement les couleurs nationales en Afrique du Sud ?
En tant que technicien du domaine footballistique, il ne faut pas tomber dans le même piège lors du match contre l’Algérie lorsqu’on a gagné 4-0. Je tiens à vous dire que la rencontre contre le Mozambique ne dévoile pas tous les détails. Ce n’est qu’un simple match. Nous n’avons pas encore une bonne équipe pour gagner la Coupe d’Afrique des Nations. Mais ce qui est encourageant c’est qu’on a un sélectionneur communicant, compréhensif et toujours à l’écoute de tous les éléments de l’équipe. Juste une chose, qu’il n’en fasse pas trop.

Rachid Taoussi a déclaré quelques jours avant le match qu’il misera beaucoup sur les joueurs locaux. Mais ce sont les joueurs des championnats européens qui ont fait la différence. Comment voyez-vous ce paradoxe ?
Chaque sélectionneur ne peut pas contrôler les changements de dernière minute. a chaque jour arrivent des choses imprévues. Mais il ne faut pas oublier que la formation avec laquelle on a gagné contient des joueurs du championnat qui est à son tour un championnat professionnel. À l’instar de Salahedine Akkal, sociétaire de l’AS FAR, Yajour et bien d’autres joueurs. Je crois que ces joueurs ont leur mot à dire. Il faut juste que cette équipe des locaux joue beaucoup de matchs amicaux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *