Bahia Mouhtassine, le come-back

Bahia Mouhtassine, le come-back

On ne donnait pas cher de sa peau. Les mauvaises langues allaient bon train, jusqu’à soutenir qu’elle ferait juste un peu de figuration, qui n’outrepasserait nullement le premier tour. Seulement voilà ! Par la force de frappe qu’on lui connaît, le caractère obstiné et la ferme détermination qui sont siens, Bahia Mouhtassine étouffera ces ragots dans l’oeuf et balayera, d’un simple revers, tout le négativisme de ces potins de cafés de seconde zone. 6-3, 7-5, c’est suffisant comme réponse. Deux sets d’une rare beauté qui ont sévèrement bousculé une grosse pointure du tennis slovène. Katarina Srebotnik a beau trôner en 56e place parmi la gentry du tennis mondial, elle n’aura pas fait long feu devant une machine tennistique qui recouvre sa vitesse de croisière, et qui l’a sérieusement malmenée, sans aucune pitié.
«J’étais à fond, motivée, je tournais à 200% de mes capacités et en dépit de son classement au Top 50, je connais parfaitement bien Katarina, que j’ai déjà battu d’ailleurs. Je connais son jeu et je connais aussi comment je devais m’y prendre tactiquement, il fallait tout simplement lui renter dedans», nous a déclaré Bahia, le sourire dessiné aux coins des lèvres, à l’issue de sa précieuse victoire.
En effet, dès l’entame, la Marocaine est passée à l’offensive, sachant bien à quoi s’en tenir. Ce qui n’a pas manqué de porter ses fruits. Auréolée du titre du 8e Open international féminin du club des PTT, Bahia allait sortir le grand jeu et prouver, si besoin était, qu’elle n’était pas là pour une simple formalité. Bien au contraire, il s’agit, dans ce cas de figure, de gravir la plus haute marche du podium. Et ce n’est pas le fossé qui sépare son classement de celui de ses adversaires qui serait à même d’entamer sa détermination. Loin de là, le classement (239e) qu’elle occupe actuellement est principalement dû à son absence des compétitions. Une absence, malheureusement, imputable au manque étouffant de moyens qui handicape sérieusement son évolution.
A l’image des tennismen marocaines, elle est tenue de faire avec les moyens de bord, traduisez ses propres moyens, pour aborder les divers tournois internationaux.
Ceci étant, Bahia croit en elle-même, en son tennis et en toute personne qui l’entoure, et sa volonté prend de jour en jour de l’ampleur. La victoire qu’elle vient de remporter rajoute du sel à sa ténacité et les objectifs qu’elle se dessine sont de plus en plus précis.
Aujourd’hui, elle a beaucoup plus de visibilité, notamment que des sponsors se pointent à l’horizon. Leur passage à la caisse est, toutefois, conditionné par une obligation de résultats. Des résultats qui se concrétisent au fur et à mesure qu’elle use de sa raquette.
Une fois le cap Katarina Srebotnik franchi, notre ambassadrice semble retrouver du poil de la bête et sa confiance est plus que jamais bétonnée. «Cette victoire a surtout cimenté ma confiance. Cela fait sept mois que je n’ai pas disputé de tournoi, j’ai directement atterri à l’Open des PTT et le fait de l’avoir remporté m’a été d’un grand bienfait. Je sais que grâce à mon jeu, je suis présumée figurer au Top 50, il faut juste bosser un peu, dénicher les moyens pour prendre part aux tournois et le tour sera joué», a indiqué Bahia à ALM.
En terme d’objectifs, la championne marocaine garde la tête bien froide et installe chaque chose dans son contexte. A commencer par le Grand Prix Lalla Meryem, qui fait office de priorité immédiate, Bahia Mouhtassine envisage d’aller le plus loin possible et de glaner un maximum de points. À long terme, tout un travail est à accomplir et les grandes lignes sont toutes tracées, encore faut-il trouver les «sous» nécessaires à leur réalisation.
«Je ferais de mon mieux afin de franchir le plus de checkpoints possible, l’objectif étant de mettre un maximum de points dans l’escarcelle. Par la suite, j’espère trouver des moyens financiers car, parmi les choses qui me tiennent à coeur, celle d’intégrer un circuit asiatique, entre la Chine et le Japon, un circuit où l’on peut se mettre des points plein la poche, et j’espère vraiment pouvoir y arriver», souligne Bahia, affichant une soif que seul la matérialisation de ses ambitions est susceptible de désaltérer.
Pour le match suivant, prévu aujourd’hui, notre porte-drapeau croisera le fer avec l’Italienne Rita Grande. Du haut de son statut de tenante du titre, Rita grande ne semble faire aucun effet fragilisant sur notre lionne nationale, qui a rugi au Complexe Al-Amal et qui ne manquera pas de rugir une nouvelle fois. «J’userais de la même stratégie qu’avec Katarina Srebotnik, je suis confiante en mes capacités, je suis même très à l’aise, je joue pour et devant mon public qui m’aime, et si quelqu’un devrait s’inquiéter et être déstabilisé, c’est bel et bien Rita Grande car elle joue contre une Marocaine, devant un public marocain», conclut Bahia Mouhatssine. De quoi filer les jetons à plus d’une Italienne !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *