Bahia, seule contre tous

En accédant pour la première fois de son histoire au second tour d’un tournoi du WTA à Doha, Bahia Mouhtassine voulait aller plus loin. Mais elle a quitté la compétition. Et il se peut qu’elle la quitte pour toujours. Et ce n’est nullement une surprise.
En annonçant, lundi, qu’elle mettrait fin à sa carrière si elle n’obtient pas le soutien nécessaire pour rester dans le circuit professionnel, la championne marocaine vient de mettre tout le monde, responsables, dirigeants et sponsors, devant le fait accompli.
« J’arrêterai de jouer dans l’espace d’un mois si je ne dispose pas de soutien continu pour améliorer mon classement », a déclaré, lundi, Bahia. Ayant frappé sur toutes les portes, mais en vain, la tenniswomen marocaine a décidé de prendre le chemin le plus court. Elle serait en contact avec la fédération du Qatar pour trouver une issue à son problème de toujours, le sponsoring.
Bahia, la seule à représenter le tennis féminin marocain dans les tournois de l’ATP, n’a plus le choix. Elle devra choisir entre deux options. « Le premier a trait au soutien matériel qu’elle peut m’accorder pour participer dans les tournois internationaux tout en continuant à jouer au nom du Maroc. Et le second que j’évolue au nom du Qatar, ce dont je n’ai rien contre, puisque la fédération royale marocaine ne m’apporte aucun soutien », tient à souligner la jeune championne.
Au jour d’aujourd’hui, rien n’a encore été fait. Mais, ce n’est qu’une question de temps. Selon la tenniswomen marocaine, l’accord définitif pourrait intervenir dans les prochains jours. À rappeler que Bahia, médaillée d’or aux derniers jeux méditerranéens de Tunis et trois fois championne d’Afrique, avait bénéficié de la Wild Card lors du tournoi de Doha.
Chose que les responsables du tennis Emarati ne lui ont pas délivrée au tableau final du tournoi de Dubai qui a débuté lundi dernier. Pis encore, la Wild Card est revenue à la joueuse Australienne Rachel Mc Wealan. Déçue, mais déterminée, elle a confirmé son engagement dans trois tournois aux Etats-Unis.
Objectif : faire partie des 100 meilleures joueuses du monde. Ce qui est arrivé à Bahia Mouhtassine, 22 ans, peut arriver à n’importe quelle autre joueuse nationale. À un moment où le tennis féminin n’est qu’à ses débuts. Comme le trophée Lalla Meriem, d’ailleurs !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *