Basket-ball : l’IRT se démarque à Tanger

En battant le WAC dans son propre parquet (52-68) au terme d’un match maîtrisé de bout en bout, l’ASS a prouvé une fois de plus qu’elle méritait amplement sa position qu’elle occupait depuis le début du championnat. Les cinq majeurs  Abdelfetah Frouga, Alaâeddine, Saïd Boustout, Dhamni Walid, Gadiage Pap ont été accueillis par l’équipe de Abdellah Hasssouni +12 (8-20). Après une pause, les jeunes Wydadis ont abordé le deuxième quart-temps sans aucune crainte et n’ont pas été impressionnés par la force dont les visiteurs ont fait preuve. Et ce parce que  la tactique imposée a, en quelque sorte, gêné les hommes du coach Saïd Bouzidi, mais a avantagé les autres qui ont ramené le score à 18-23. En six minutes, les Wydadis ont marqué 10 Pts, et à l’opposé, les Slaouis ont obtenu uniquement 3 Pts. Après, l’ASS a pu récupérer 8 Pts pour terminer ce deuxième set sur la marque de + 8 (21-29). Au retour des vestiaires, le Sénégalais Abdeoula Sow a commis une faute personnelle suivie d’une deuxième faute technique stupide anticipant son expulsion. Sa sortie n’a nullement pesé sur le rendement de son équipe, puisque Fabrice, Hassouni, Kourdou, Belkaïd et Idmaghar ont su gérer convenablement le jeu pour sortir de nouveau victorieux au terme de ce troisième quart-temps +20 (33-53).
Lors du dernier set, les poulains de Saïd Bouzidi n’ont voulu prendre aucun risque, puisque sa bonne gestion vis-à-vis de l’acquis de 16 Pts était la meilleure solution qui a prévalu en fin de compte. Et ce malgré quelques sursauts d’orgueil de la part du jeune Chettahi qui vient d’être incorporé pour la première fois.  L’arbitrage du duo Nezha Hanafi et Chawki Messoudi était bon dans l’ensemble, malgré quelques rares erreurs d’inattention. À rappeler, également, la sortie pour cinq fautes personnelles de Saïd Boustout. Plus présent sur le parquet aussi bien physiquement que tactiquement qu’il y a quelques semaines, le FUS, très bien orchestré par son meneur l’international Mohamed Mouak, a pu vaincre la redoutable formation de la Renaissance sportive de Berkane.  Malgré tous les efforts consentis par les éléments berkanais, les Fussistes n’ont pas été inquiétés à aucun moment pour marquer en toute quiétude trois victoires.  Le score de 20 points 87/67 en dit long sur la domination de l’équipe chère au président Abdellali Zerouali. À Casablanca, dans la salle du Complexe sportif Sidi Mohammed, le TSC n’a fait qu’une bouchée de l’équipe du DHJ qui n’a plus aucun espoir pour rester parmi les grands, faute de problèmes financiers.  Les Tabagistes terminent cette rencontre en leur faveur sur le score de 75-61.
À Essaouira, la rencontre mettant aux prises l’ASE au MAS a été très disputée et pleine de suspense. Avec leur expérience et un coup de chance, les Fassis ont arraché la victoire aux locaux qui n’ont pas démérité. Malgré ces records de la dernière seconde, l’ASE demeure une équipe trouble-fête de la saison actuelle. À Tanger, dans une salle pleine à craquer, le Raja n’a pas gagné son pari de faire tomber le leader tangérois dans son propre sol. Ainsi, les Vert et les Blanc ont subi la loi de l’IRT en s’inclinant en fin du parcours sur la marque de 70/63 après un chassé-croisé à couper le souffle. Avec cette victoire méritée, l’IRT a confirmé le retour au premier plan du basket-ball tangérois sur l’échiquier national.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *