Basket : Raja-IRT, une finale inédite

Basket : Raja-IRT, une finale inédite

La fédération royale marocaine de basket-ball a fait le bon choix d’avoir désigné la salle omnisports du complexe sportif My Abdellah comme cadre de la rencontre mettant aux prises les deux géants du basket-ball national en l’occurrence le Raja de Casablanca et l’IRT. Une salle spacieuse aérée répondant aux critères requis pour de telles manifestations qui drainent traditionnellement un nombre considérable de fans des deux équipes en lice pour le sacre.
Pour ce qui est de l’histoire, l’IRT a échoué à deux reprises lors de la finale de 1994 devant le TSC et en 1996 face au Maghreb de Fès. L’équipe du détroit, chère à Hammadi Hartali, affiche actuellement une très bonne forme avec des éléments de valeur comme le catalyseur tunisien Merouane Kechrid, le pointeur maison Ahmed Kajjaj, le vétéran Redouane Bouzidi et les deux géants Mounir Bouhlal et Diouf Papi Mouhamadou le Sénégalais, sans toutefois oublier le banc de touche qui est très bien garni avec des éléments capables de bouleverser tous les pronostics sous la conduite d’un jeune coach à l’image de Driss Ghissassi toujours aussi rusé que jamais pour confectionner la gagne.
Mais les pires inquiétudes planent en ce qui concerne le moral et la psychologie du groupe et sa capacité à surprendre le Raja qui se trouve également à la pointe du basket national depuis bon nombre d’années. À l’opposé, le Raja, qui malgré le départ de ses deux diables verts Khalfi et Amrallah pour la RSB, semble toujours impressionner les observateurs du basket-ball national par sa constance, son expérience et sa superbe prestation lors de l’exercice en cours. Il suffit de rappeler Mourad Fenjaoui, le vétéran Kaml Lichtaf, N’daye Doudou, Karim Ayadi le pointeur impitoyable et Adanae M’saâdia. Tout ce beau monde annonce une bataille très dure entre les protagonistes. Ils sont fermement décidés à confirmer leur performance, seule la victoire trouvera grâce à leurs yeux. Quoi qu’il en soit, la lutte va être très serrée entre les deux formations pour emporter la Coupe. Un faux pas du Raja et un sans faute du MAS et vice-versa sont les deux conditions nécessaires pour une victoire de l’un ou de l’autre des deux équipes.
De leur côté, les dames seront également à l’heure de la finale qui opposera l’ASFAR au WAC. Les militaires sont très bien rodées dans ce type de compétition avec 6 sacres. En revanche, les Wydadies constituent la révélation de la saison puisqu’elles jouent la première finale de leur histoire.
En tout cas, nous allons voir laquelle des deux équipes aura raison de l’autre ? Est-ce l’expérience des FAR qui l’emportera ou l’ambition du WAC ?
Enfin, et comme le veut la tradition, la commission d’arbitrage va convoquer plusieurs arbitres, mais ceux qui vont officier la finale ne seront connus que quelques minutes avant le coup d’envoi de la rencontre.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *