Basket : une bonne prestation de l’IRT

Basket : une bonne prestation de l’IRT

La salle du complexe sportif Mohammed V était samedi dernier à l’heure de la première demi-finale mettant aux prises le Raja de Casablanca au MAS de Fès. Dès l’entre deux sifflé par le duo arbitral Samir Abaâkil et Aziz Mabrouk, les Rajaouis ont pris d’assaut le panier fassi tout en imprimant un rythme endiablé. Ceci n’est pas le fruit du hasard, mais le coach rajaoui a beaucoup insisté sur les attaques à outrance dans le but d’obtenir la victoire le plus large possible afin d’éviter toutes surprises dans le match retour prévu à Fès dans 15 jours. Lors de ce premier quart-temps, les Massaouis n’ont fait que subir la loi d’un Raja déterminé à faire très bonne impression cette saison que ce soit en Coupe ou en championnat.
Ce premier set revient aux Verts sur la marque de (20-8) +12. Après la petite pause, tous les spectateurs présents dans la salle ont attendu le sursaut d’orgueil du MAS, mais rien de tout cela ne se produit puisque les Rajaouis ont maintenu la même cadence par des contres rapides ponctués par des tirs à mi-distance, ce qui a bouleversé la tactique du coach des Canaris Diop Théophyle qui, malgré plusieurs temps morts, n’est jamais parvenu à remettre les pendules à l’heure. Ce deuxième quart est revenu aux coéquipiers de Kamal Lichtaf sur le score de (40-24) + 16.
Après la pause, les visiteurs savaient qu’ils étaient malmenés par le Raja et se devaient de réagir s’ils voulaient garder leurs chances intactes en prévision du match retour. C’est ce qu’ils ont fait en début de reprise. Plusieurs offensives tonitruantes ont été menées par leurs maîtres à jouer Matar N’baye et Alfa Traoré.
C’est ce qui a permis au MAS de grignoter 7 points au Raja (50-41) +9 au terme du troisième quart-temps. Lors du dernier half, le régime rajaoui a connu une légère baisse surtout après la mise au repos de Karim Ayadi pour avoir écopé de 4 fautes personnelles. Ce qui a profité au MAS pour revenir à 6 pts d’écart. Sentant la défaite inéluctable, le coach des Verts Azizi Rafiki a incorporé de nouveau Karim Ayadi qui, par son sang-froid, son opiniâtreté et son esprit offensif, a su mener son équipe vers la victoire (69-56) +13. Ce succès obtenu à domicile vaut son pesant d’or, mais à condition de confirmer à Fès dans la salle du 11 Janvier.
Berkane était également le pôle d’attraction de la deuxième demi-finale qui a opposé la RSB locale à L’IRT. La défaite en elle-même n’était pas une surprise, mais le score de (66-83) +17 a laissé pantois plus d’un observateur de la balle au panier. Ni le soutien inconditionnel du public berkanais, ni la force de Khalfi Mustapha, Hicham Amrallah, Aït Noureddine, Marius, Jaquod Aïmane, n’ont pu arrêter la fureur de vaincre des hommes du coach de l’IRT Driss Ghissassi.
À vrai dire l’équipe du détroit a donné ce jour-là une leçon de basket que chacun se doit de retenir. C’est pour cette raison-là que tous les observateurs ont qualifié prématurément les Tangérois au sprint final.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *