Berlin succombe à l’hystérie collective

Berlin succombe à l’hystérie collective

En pointe dans la fièvre qui sévit avec le Mondial de football, Berlin s’apprête à accueillir ce mardi pour la première fois un match de l’équipe d’Allemagne, celui contre l’Equateur, avec ses centaines de milliers de supporteurs prêts à soutenir les héros de la Mannschaft.
Combien seront-ils ce mardi au coup d’envoi à 16h00 locales (14h00 GMT) à venir regarder la rencontre Allemagne-Equateur sur l’écran géant installé à la Porte de Brandebourg ? Plus d’un demi-million comme lors du match Allemagne-Pologne mercredi dernier ? Depuis le début de la compétition le 9 juin, Berlin est devenu la capitale de la "footballmania" avec ses milliers de drapeaux noir, rouge et or suspendus aux balcons, accrochés aux voitures ou simplement portés en guise de jupe ou de cape. Chaque journée voit défiler des supporteurs du monde entier. Brésiliens, Croates, Suédois…le centre de la capitale se pare des couleurs des équipes  en compétition à chaque match disputé au stade olympique.
La "Fanmeile", la zone réservée aux supporteurs installée à la Porte de  Brandebourg, connaît un succès sans précédent notamment parce qu’elle leur permet de suivre en direct sur écran géant tous les matches de cette Coupe du  monde. Sur 2,5 km de long, entre la Porte de Brandebourg et la colonne de la victoire sur l’avenue du 17 juin, neuf écrans géants ont été mis en place. Lors de la rencontre Allemagne-Pologne, l’encombrement était tel que  plusieurs des accès à cette zone ont dû être fermés pour des raisons de  sécurité. En dix jours, 2,5 millions de personnes s’y sont déjà rendues.  Et le phénomène se répète dans les 11 autres villes du pays qui accueillent des matches du Mondial et qui ont, avec le soutien financier de la Fédération internationale de football (Fifa), installé ces écrans géants "officiels". A Hambourg (nord), la zone réservée a déjà vu défiler 400.000 personnes et à Munich (sud), 330.000. "C’est comme un carnaval", s’est exclamé un porte-parole de la Ville de Gelsenkirchen (ouest) à propos de l’ambiance dans l’ancienne cité minière de la Ruhr organisatrice elle aussi de certaines rencontres.
Selon diverses estimations, les retransmissions publiques dans toute l’Allemagne ont déjà attiré entre 10 et 12 millions de personnes. Dans les différentes zones "officielles", la barre des sept millions de visiteurs devait être dépassée dimanche au point que, dans la perspective des huitièmes de finale, certaines villes envisagent de les agrandir pour pouvoir  accueillir le flot de fans. "Ces fêtes de supporteurs sont un grand succès", s’est félicité le directeur de la communication de la Fifa, Markus Siegler. "Nous sommes parvenus à ce que nous voulions: une fête pour et avec les supporteurs", a-t-il ajouté. Berlin a décidé d’attendre le match Allemagne-Equateur pour multiplier éventuellement ses retransmissions publiques. Dortmund, en revanche, a pris les devants : désormais 45.000 personnes pourront se précipiter dans sa "Fanmeile", contre 13.000 actuellement.
A Cologne (ouest) pour le match Angleterre-Suède prévu ce mardi soir, les  capacités d’accueil dans la zone des supporteurs vont être portées à 35.000. Quel que soit le résultat du match Allemagne-Equateur, jamais Berlin et plus généralement toute l’Allemagne ne se seront autant enthousiasmés pour un événement.
"On se souviendra longtemps de cet été allemand", résume ainsi une éditorialiste du journal "Welt am Sonntag".

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *