Bilan de la phase aller de la Botola Pro-Elite 1 : On peut encore mieux faire

Bilan de la phase aller de la Botola Pro-Elite 1 : On peut encore mieux faire

La trêve hivernale de la Botola Pro est le meilleur moment pour dresser un bilan et en tirer les enseignements de A comme affluence à Z comme zizanie.
La saison 2014-2015 est
bien particulière car on aura tout vu.
Côté performance, le Wydad de Casablanca a été l’équipe qui a réussi le mieux un come-back. Cela s’est produit après de grands changements au niveau de la présidence, de la gestion et de la direction technique. En tête du classement depuis la première journée du championnat, le Wydad a étonné, brillé et remporté le titre honorifique de champion d’automne.

On attendait des équipes comme le Moghreb de Tétouan, mais il semble que la concentration sur le Mondial des clubs a décontenancé les joueurs. Le tenant du titre a terminé la phase aller à la 6ème position avec seulement 22 points.
Le Hassania Agadir, lui, peut s’enorgueillir de son parcours à mi-chemin. Il possède la meilleure attaque (28)… mais aussi une des pires défenses (26). Cela ne lui enlève en rien le mérite d’accaparer la 5ème place avec 24 points à 2 unités seulement du leader.
Tout reste très serré dans le championnat national et c’est cela qui lui attribue tant de charme cette saison et tant de suspense aussi. D’ailleurs, personne n’aurait parié également de voir le Raja Casablanca revenir de très loin dans la course pour occuper la seconde position.
Dans le bas du classement, c’est la soupe à la grimace pour les trois derniers pensionnaires : le MAS (14e – 14pts), l’IZK (15e – 12pts) et le CAK (16e – 11pts). Cela ne devrait pas beaucoup évoluer au fil de la saison, bien que les Fassis aient fait appel à leur ancien entraîneur Rachid Taoussi pour le sauvetage du navire lors de la phase retour. Néanmoins, ces trois équipes risquent de jouer entre elles pour savoir qui seront les deux descendants directs et qui sera barragiste. Aucune de ces trois équipes ne semble en mesure -jusqu’à preuve du contraire- de revendiquer mieux. Attaques en veilleuse, défenses fébriles, tous les ingrédients sont réunis pour une saison difficile et stressante.
Par ailleurs, le Z de zizanie a bien consommé toute sa teneur en cette première partie de saison. L’on se rappelle tous les événements anti sportifs qui ont marqué le classico mettant aux prises le Raja à l’AS-FAR. Des incidents qui ont fait couler beaucoup d’encre et qui n’honorent en rien le sport national.

Pour les amoureux des chiffres, voici quelques statistiques.
Le nombre de coachs ayant été remerciés par leurs clubs en cette phase aller est de 10, partagés entre le Raja, le MAT, le DHJ, l’OCS, l’AS-FAR, le KAC, le CRA, le MAS et le CAK à deux reprises.
L’excès de zèle de certains joueurs leur coûte des fois des avertissements. On a enregistré 12 cartons distribués lors d’un match. Un record que se partagent deux rencontres : celle comptant pour la 3e journée opposant le FUS au MAS (2-1), où l’arbitre Mounir Mabrouk a distribué 10 cartons jaunes et deux rouges, puis celle comptant pour la 11e journée mettant aux prises l’OCS et le KAC (1-0), dirigée par Hicham Tiazi qui a brandi 9 cartons jaunes et 3 cartons rouges.
Toutefois, la pugnacité apporte des fois quelques beaux résultats réjouissants. Lors de la 14ème journée, 28 buts ont été marqués pour le bonheur des nombreux aficionados. Dans sa globalité, les filets ont été secoués à 270 reprises lors de la première manche.
Aujourd’hui, nous ne sommes qu’à quelques jours de la reprise du championnat et les écarts ne sont pas énormes entre toutes les équipes. D’ici la fin de la seconde tranche, beaucoup de choses pourraient encore changer. Il convient donc pour les équipes de rester
le plus possible concentrées si elles ne veulent pas jouer au yo-yo…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *