Blatter au Maroc : Neutralité suisse

Blatter au Maroc : Neutralité suisse

«J’espère que dans cinq semaines, le Maroc verra son drapeau hisser encore plus haut que celui du centenaire de la FIFA». Cette déclaration peut paraître anodine dans la bouche de n’importe quel haut responsable étranger en visite au Maroc. Mais elle ne l’est pas de la part de l’homme le plus fort de la planète football, Joseph Blatter, président de la FIFA qui s’y trouvait mercredi et jeudi derniers.
En tout cas, c’est l’interprétation que les nombreuses personnalités présentes au Centre national de football de Maâmora ont faite lors de la cérémonie de pose de la première pierre du centre technique entrant dans le cadre du projet «Goal», oubliant un peu trop vite la légendaire neutralité d’un Suisse en tournée dans les pays candidats à l’organisation de la Coupe du monde 2010. Dans ses deux speechs à Maâmora et lors de la conférence de presse clôturant sa visite, Joseph Blatter était en effet fidèle à son habituelle retenue. «Je ne fais pas de visite d’inspection.
Je me rends dans les pays candidats pour voir les autorités sportives et politiques locales», a-t-il préciser. Il a également évoqué deux grands projets dont il a fait ses chevaux de bataille à la tête de l’instance internationale, le projet «Goal» et la tenue de la Coupe du monde en Afrique.
Deux projets qui sont en train de se concrétiser, a-t-il précisé. D’ailleurs, sa visite au Maroc s’inscrit dans cette double optique. Blatter est en effet venu au Royaume, avant-dernière étape de sa visite protocolaire aux candidats, officiellement pour le projet «Goal», au profit duquel la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a bénéficié de plus de 8.500.000 dirhams (845.625 dollars) pour la construction d’un centre d’hébergement sportif au sein du Centre de Maâmora. Une somme entièrement financée par la FIFA, ce qui est une première puisque la participation financière de cette dernière ne dépassait pas les 50 % pour les autres pays bénéficiaires du projet «Goal». Le projet Goal-Maâmora comprendra un centre d’hébergement de 39 chambres dont 6 individuelles pour une capacité de 66 lits ; une salle de musculation; un bloc médico-sportif un foyer un restaurant ainsi que toutes les dépendances annexes nécessaires. Toutes ces infrastructures, Joseph Blatter n’a pas manqué de les citer non sans un brin de fierté jeudi matin en plein fôret de Maâmora, en présence du président du projet «Goal», Mohamed Ben Hammam, président de la Confédération asiatique de football et également membre du comité exécutif de la FIFA, du président de la FRMF le général Housni Benslimane et le président de l’association «Morocco 2010», Saâd Kettani entre autres.
Ceux qui s’attendaient à une prise de position du Suisse sont restés sur leur faim. L’homme qui détient les clés de la plus grande fédération sportive au monde, instance plus puissante que l’ONU (204 adhérents), n’a pas, au terme de sa visite au Royaume, fait la moindre allusion pour ce qui est de l’issue du vote du 15 mai prochain. Tout ce que les journalistes présents à la conférence de presse ont pu lui soutirer est une constatation de l’effort «considérable fourni par le Maroc pour son développement. Un effort pas nécessairement lié à la Coupe du monde» avant d’ajouter : «votre candidature est entre de bonnes mains et sur la bonne voie».
Arrivé mercredi à 15h à l’aéroport Mohammed V en provenance de la Libye, le président de la FIFA ne s’est pas ennuyé. Entre audiences officielles à des rencontres officieuses à mettre sur le compte du lobbying de « Morocco 2010 », le président de la FIFA a eu une intence activité. Atteste le dîner organisé en son honneur mercredi soir au domicile de Saâd Kettani, auquel ont été conviés plusieurs grands champions marocains, Hichem El Guerrouj, Nezha Bidouane, Nawal El Moutawakkil pour ne citer que ceux-là. Jeudi en milieu de journée, il a été reçu par SM le Roi Mohammed VI qui l’a décoré du Wissam alaouite au grade de Grand Officier. Une distinction à laquelle a eu droit également Mohamed Ben Hammam.
Pour la visite des «hauts gradés» de la FIFA, la Fédération royale marocaine de football était en alerte rouge. Tout devait être au top niveau pour leur donner une forte opinion d’un pays qui en est à sa quatrième candidature pour l’organisation de l’événement footballistique le plus populaire de la planète. Cette fois-ci serait-elle la bonne ? Autrement dit, la Fédération a-t-ell réussi à séduire l’homme qui tire les ficelles ? Joseph Blatter n’en a rien laissé apparaître. Verdict le 15 mai prochain à Zurich.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *