Bordeaux retrouve Saint-Etienne en 32èmes de finale

Pour ces 32èmes de finale, qui marquent l’entrée en lice des clubs de l’élite, (les matches se dérouleront les 3 et 4 janvier), les anciens joueurs Olivier Rouyer (vainqueur de la Coupe de France avec Nancy) et Bernard Zénier (vainqueur de la Coupe de France avec Metz), artisans du tirage à Metz, ont été plutôt cléments avec les grosses cylindrées. Lyon, tenant de la Coupe, hérite ainsi d’une Concarneau (CFA2), Concarneau, Marseille est tombé sur Besançon (CFA), tandis que le Paris SG, a tiré Montluçon (CFA), un adversaire facile, sur le papier en tout cas.
Rouyer et Zénier ont en revanche eu la main plus lourde avec quatre affiches entre clubs de L1: Toulouse – Valenciennes, Sochaux – Rennes, Bordeaux- Saint-Etienne et Nantes – Caen. Ces matches permettent déjà de dire que quatre équipes de l’élite, au moins, sont sûres de quitter l’épreuve à ce stade de la compétition. Jean-Louis Triaud, président de Bordeaux, a balayé l’idée d’un cadeau empoisonné avec Saint-Etienne. «Pour ce genre de tirage, je ne dis pas que l’adversaire, on s’en fiche mais l’intérêt, en rentrant de vacances, pour un match de reprise, est de jouer à la maison et avoir le moins de déplacement possible, a commenté le dirigeant des Girondins. Après petit ou gros, pour aller loin, il y aura toujours des équipes importantes à jouer. Ce qui s’est passé récemment entre les deux clubs (Affaire Feindouno), ce qui se passe encore, ça ne change rien, cela n’a aucune importance. On ne va pas passer la vie là-dessus. Ce qui compte, c’est le match au niveau sportif».
Comme le veut la légende de la Coupe, hériter au tirage d’un club inférieur, n’est de toute façon pas une garantie de succès. Marseille se souvient encore avec amertume de son élimination en 8e de finale l’an passé face à Carquefou, le fameux petit poucet (1-0), qui n’est plus en course aujourd’hui. «Le passé n’a pas toujours plaidé en notre faveur dans cette épreuve, donc nous pouvons avoir des doutes, se méfie donc Eric Gerets, entraîneur de Marseille opposé à Besançon (CFA). Mais je suis un peu plus tranquille sur le banc depuis quelques matches. En principe, on doit donc passer ce tour».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *