Britanniques – Afghans, mais en amical

La politique et le sport, en principe, ne font pas bon ménage. On se rappelle tous de la coupe du monde de 1998, sept ans après la guerre du Golfe, et la victoire de l’Iran contre les Etats-Unis. Au pays de l’Oncle Sam, où la défaite n’a pas de place, cela représentait tout simplement une honte. Juste après la fin du mondial, les Américains ont invité les Iraniens à une rencontre de football et chez eux. Histoire de prendre leur revanche.
Proposition que les Ayatollahs ont déclinée même si c’était à titre amical. Pour les Iraniens, cette victoire devait rester gravée dans l’histoire. D’autant plus que c’était la seule confrontation entre les deux ennemis. Et elle l’est encore. Chose que la première puissance n’a pas digérée. Et quand ce n’est pas les Etats-Unis, c’est la Grande-Bretagne. En Afghanistan, alors que le pays ne s’est pas encore débarrassé de ses ruines et n’a pas encore eu le temps de compter ses morts, l’allié éternel des USA compte déjà organiser un match de foot le mois prochain à Kaboul.
La rencontre, la première du genre et qui marquera certainement l’histoire du pays hôte de « l’organisation d’Al Qaïda », mettra aux prises les soldats britanniques de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) et une équipe afghane. C’est le stade national de Kaboul, théâtre des exécutions publiques sous le régime des Taliban, qui accueillera le match. Une belle organisation de communication. Et c’est le gouvernement britannique, lui-même, qui l’a annoncée lundi. La rencontre aura lieu le 15 février prochain.
L’équipe locale sera désignée par l’administration intérimaire afghane. Ce match a été organisé par le ministère britannique de la Défense avec l’aide et le soutien de la Fédération anglaise de football et du championnat de première division la Premier League.
Manchester United et Liverpool, deux grands clubs du championnt anglais et européen, ont manifesté leur soutien à cette rencontre. Les deux équipes feront don du ballon qui sera utilisé lors du match-choc qu’ils devaient disputer hier soir, dans le cadre de la coupe d’Angleterre. Les stars anglaises, David Beckham et Michael Owen, ont déjà fait leurs dédicaces. Pour les organisateurs, le match du 15 février est le symbole d’un Afghanistan libre. Sous le régime des Taliban, le sport était largement interdit. Les femmes n’avaient pas le droit de le pratiquer en raison des règles strictes, notamment pour les tenues, imposées par les pro-benladen. À quand le prochain match et contre qui !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *