Cameroun-Maroc, le match choc

Cameroun-Maroc, le match choc

La deuxième journée du dernier tour des éliminatoires combinées CAN et Mondial 2010 démarre ce week-end. Des rencontres chaudes pas comme les autres seront attendues en Afrique. Le très important match Cameroun-Maroc mettra aux prises deux références africaines se trouvant en ces moments cruciaux en difficulté. La défaite est interdite pour chacune des deux sélections puisque le Cameroun comme le Maroc avaient raté leurs premières rencontres respectivement contre le Togo d’Emmanuel Adebayor (0-1) et le Gabon, même s’ils étaient les favoris de leur groupe (A). Le Gabon arrive en tête du groupe avec 3 points suivis du Togo ( 3 pts), du Maroc et du Cameroun. L’alternative qui reste pour Roger Lemerre est la victoire sinon, revenir avec un match nul pour garder au moins l’espoir d’être en Angola pour la CAN 2010. Le Cameroun tout comme le Maroc est condamné à la victoire. Aucun des deux pays ne voudra rater la première Coupe du monde organisée en Afrique. Pour le déplacement au Cameroun, Roger Lemerre s’est trouvé cette fois-ci dans une situation embarrassante. En effet, des joueurs considérés comme des calibres de l’équipe nationale ne seront pas présents à l’instar de Chamakh, Kerkouri, Ouaddou. Une source proche de la sélection a déclaré à ALM que  : «Chamakh aurait déclaré forfait. Une nouvelle surprenante puisqu’il paraissait en forme ces dernières semaines. De leur côté, Jawad Zairi et Talal Kerkouri étaient injoignables et avaient même éteint leurs portables, Roger Lemerre était contraint de rappeler des footballeurs à la dernière minute comme Abdeslam Benjelloun. Malheureusement, nous avons l’impression de réunir des éléments pour un match de foot de quartier», a ajouté cette source. Lemerre aurait appelé Mustapha Allaoui pour remplacer Chamakh, une nouvelle qui n’a pas encore été confirmée par la Fédération royale marocaine de football, jusqu’au jeudi 4 juin. Malgré tout, le Cameroun ne peut se targuer d’être actuellement plus serein que le Maroc.
En effet, après la démission d’Otto Pfister, le légendaire portier camerounais Thomas Nkono a été désigné entraîneur intérimaire de l’équipe. «Thomas Nkono a été nommé pour parler au nom de l’équipe car nous sommes situation de crise», avait déclaré le porte parole du ministère des Sports camerounais.  
Cette démission a crée la panique dans le pays tout entier. Ancien gardien de but de la sélection camerounaise lors des Mondiaux  1982 et 1990, Nkono occupait jusqu’à présent le poste d’entraîneur des gardiens de but au sein de la sélection. Le face-à-face de dimanche s’annonce donc une rencontre à couper le souffle.          
Les co-équipiers de Samuel Eto’o qu’il a pu  d’ailleurs rejoindre en stage en Belgique ne  sont pas prêts à laisser filer l’occasion pour vaincre à domicile. Le Onze national aura à croire dur comme fer en ses chances.
Les nationaux doivent rester optimistes et surtout animés d’une ferme volonté de se racheter.
Les hommes de Roger Lemerre sont-ils capables de réussir le coup sachant que le football n’obéit à aucune logique ? L’enjeu demeure incontestablement collossal pour les deux équipes, vu la stature des deux protagonistes qui n’ont plus de secret.   

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *