CAN 2002 : Deux chocs de titans

Le Mali, le Nigeria, le Cameroun et le Sénégal. Telles sont les équipes du dernier carré. Une qualification des plus logiques pour les quatre formations. Poussé par son public, le Mali, pays hôte de la CAN, est la révélation incontestée de cette édition. La mise en route aura été longue, mais cela valait la peine d’attendre. On se souvient du but de Seydou Keita qui avait assuré au Mali un match nul lors du match d’ouverture contre le Liberia (1-1). Désormais, les Aigles maliens sont définitivement lancés dans la compétition, comme ils l’ont prouvé en quarts de finale, devant l’Afrique du Sud qu’ils ont battu par deux buts à zéro. Qualifiés d’office, ils ne participent qu’à leur troisième phase finale de la CAN. Mais ils font chaque fois mouche après avoir été finaliste en 1972 et demi-finaliste en 1994. La prédiction malienne pouvait ainsi se vérifier une fois de plus. À chaque fois que le Mali a participé à une Coupe d’Afrique dans son histoire, la sélection avait réussi à atteindre le dernier carré !
Les Aigles du Mali ont été rejoints lundi dernier par les Camerounais qui ont fait preuve d’une solidité à toute épreuve tout au long de la compétition. Les champions en titre n’ont jusque-là encaissé aucun but. Ils ont par contre réussi à en marquer cinq. Les Lions Indomptables, sans forcer, se sont imposés par 1-0 face à l’Egypte lors des quarts de finale. L’aventure africaine continue également pour le Nigeria. Les Super Eagles ont battu lors de leur dernier match le Ghana par 1-0. Sans être flomboyants, à Bamako, les Lions du Sénégal se sont, à leur tour, qualifiés pour le dernier carré de la CAN en l’emportant sur le République Démocratique du Congo par 2-0. Qualifiés pour le mondial-2002, le Cameroun, le Nigeria et le Sénégal, ont logiquement trouvé leur place en n’encaissant aucun but en quatre matches.
On l’aura compris au fil des rencontres, les défenses ont pris le pas sur les attaques. Dans cette compétition, gagner, c’est d’abord défendre. Au total, 41 buts ont été marqués en 28 matches, soit 1,46 par rencontre, avant les demi-finale Sénégal-Nigeria et Cameroun-Mali jeudi. Le Cameroun possède la meilleure attaque du tournoi avec six buts alors que le Sénégal (quatre buts) et le Nigeria (trois) assurent le service minimum. La prestation du Sénégal en quart de finale contre la RDC en dit long sur l’état d’esprit de l’équipe. Les hommes de Bruno Matsu ont réussi pour la première fois, à marquer en première période alors que lors des précédents matchs, il fallait attendre les dix dernières minutes.
À la surprise générale, l’Afrique du Sud est le deuxième mondialiste qui ne confirme pas, après l’élimination de la Tunisie dès le premier tour. L’échec de l’Egypte a, quant à lui, confirmé les limites du football arabe dans la mesure ou le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, ont été éliminés dès le premier tour.
Il s’agit de la toute première fois, depuis 1994, que le football arabe n’est pas représenté dans le carré final de la Coupe d’Afrique des Nations. À méditer.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *