CAN 2002 : L’heure de vérité

Les matchs de premier tour de la Coupe d’Afrique des Nations, qui se déroulent au Mali depuis samedi, reprennent ce jeudi après une pause de deux jours. Le Mali, après un match nul 1-1 face au Liberia aura à livrer un dur combat contre le Nigeria, vainqueur sur l’Algérie par un but à zéro. Un deuxième match mettra aux prises le Ghana et l’Afrique du Sud, sortis tous les deux avec des nuls blancs dans leurs confrontations respectives contre le Maroc et le Burkina Faso. Les quatre équipes du groupe B s’en trouvent donc à égalité d’un seul point. C’est dire combien décisive sera cette rencontre. Le Ghana et le Maroc se sont neutralisés lors de leur première rencontre de la Coupe d’Afrique des Nations. Aucune des deux formations n’a réussi à transformer la moindre occasion. Les milieux de terrain marocains avaient pourtant provoqué pas moins de quatre occasions. Le Ghana aurait également pu faire la différence si la percée de Michael Essien ne s’était soldée par une piètre passe à destination de Gyan. Malgré la présence de Samuel Osei Kuffour, titulaire au Bayern Munich, la défense ghanéenne n’a pas semblé au meilleur de sa forme. À cela s’ajoute le renvoi de Kuffour lundi soir de la Coupe d’Afrique pour « indiscipline » par le sélectionneur du Ghana Fred Osam-Duodu.
Pour le Maroc, la créativité de l’attaquant d’Aston Villa semble plus que jamais faire défaut à la formation nationale. Une formation qui devra également se passer des services d’Abdesslam Ouadou jusqu’à la fin de la compétition. Le défenseur de Fulham est rentré chez lui, également pour indiscipline. Ce 0-0 est le deuxième enregistré dans le groupe B, le Burkina Faso ayant tenu en échec dimanche une Afrique du Sud pourtant qualifiée pour la phase finale de la Coupe du monde.
Le manque de réussite de part et d’autre a privé le public du stade Amary Ngaou de tout but. Trahissant de sérieuses faiblesses, les Sud-Africains se sont montrés fort peu convaincants face à des Burkinabés qui passent pourtant pour les novices de leur groupe.
Si l’Afrique du Sud a dominé le jeu et mis en scène quelques développements rapides, ses joueurs se sont montrés désorganisés dans la surface de réparation, l’attaquant Benni McCarthy étant à cet égard le plus fautif. Le résultat de la rencontre pèsera sur l’entraîneur sud-africain Carlos Queiroz, déjà critiqué pour les médiocres performances de son équipe au cours des six derniers mois.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *