CAN 2005 : Les Lionceaux rassurent

Face au Lesotho, une équipe méconnue sur la scène africaine, mais qui a réussi quand même à barrer la route à deux gros bonnets du football africain le Zimbabwe (3-0) et l’afrique du Sud (4-0), les Lionceaux ont bien négocié, dimanche au stade de l’Amitié à Cotonou, leur premier match du groupe B.
Dominateurs et bien organisés durant les premières minutes, les protégés de Fethi Jamal sont parvenus à déstabiliser leur adversaire et créer beaucoup d’occasions de but. A lui seul, l’attaquant du Raja de Casablanca, Mohcine Lajour, en a raté trois, les plus nettes de la rencontre. Laissant passer la tempête, les joueurs du Lesotho, jusque-là vigilants, ont essayé de semer le doute dans le camp des Marocains, mais sans jamais parvenir à trop inquiéter le portier Amine Bourkadi, auteur d’une bonne prestation. Après une première période largement en faveur des coéquipiers de Babeh, incontestablement meilleur joueur du match, les hommes de Fethi Jamal se sont confrontés, en seconde période, à une équipe du Lesotho plus disciplinée tactiquement et plus offensive. Sentant le danger, le coach national a donné des consignes à ses joueurs pour que ces derniers mettent la pression sur les joueurs du Lesotho. Seul moyen de récupérer rapidement le ballon et procéder par une contre-attaques. Une tactique qui s’est avérée payante puisque sur une contre-attaque de Mohcine Lajour et sur une passe en retrait de ce dernier, la nouvelle recrue du club hollandais de l’Ajax d’Amsterdam, Tiberkanine, ouvre le débat. Un but qui a libéré les joueurs de l’équipe nationale qui étaient sous pression. La réaction des joueurs de Lesotho ne s’est pas fait attendre. Prenant d’assaut le camp marocain dans l’espoir d’égaliser, ces derniers finiront par se découvrir laissant des espaces derrière ce dont ont profité les poulains de Fethi. Et encore une fois sur une contre-attaque rapide de Mohcine Lajour, l’autre jeune attaquant du Raja de Casablanca, Tarik Bendamou double la mise, sur une superbe frappe, tuant ainsi le match et mettant son équipe à l’abri d’un retour éventuel de leur adversaire du jour. Après ce joli but, l’équipe adverse va multiplier les tentatives pour sauver au moins l’honneur, mais en vain. Il faut dire que le jeune gardien marocain, Bourkadi, y était pour beaucoup.
Cette victoire, ô combien très importante, donnera plus de confiance aux protégés de Fethi Jamal, qui ont fait preuve de beaucoup de talent et beaucoup de sang froid. Mais attention à l’excès de confiance. Car la compétition ne fait que commencer. Lors du prochain match, mercredi prochain, les Lionceaux affronteront, dans un duel chaud très chaud, la formation de l’Egypte, triple vainqueur de l’épreuve (1981, 1991 et 2003). Un match qui sera placé sous le signe de la revanche. Car lors de la dernière édition, qui a eu lieu au Burkina Faso, les Lionceaux avaient subi le rouleau compresseur des Pharaons (4-0). Avec deux défaites, dont celle face à la Côte d’Ivoire (1-0), et un match nul devant le Ghana, le Maroc a dû quitter la compétition par la petite porte.
En attendant, le Maroc, qui ne compte qu’un seul titre à son actif depuis le début de cette compétition, est premier de son groupe grâce à la différence de buts, suivi des Pharaons, deuxièmes après leur victoire sur l’Angola sur la petite et précieuse marque de 1 à 0. Seule une victoire face à l’Egypte permettra au Maroc de se qualifier pour le dernier carré, synonyme de qualification à la Coupe du Monde 2005, qui aura lieu aux Pays-Bas. Chez les adversaires des Lionceaux, l’Egypte et l’Angola, on pense la même chose.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *