Casa mérite un Super Marathon

Aujourd’hui Le Maroc : Le Marathon International de Casablanca devait initialement se tenir le 5 janvier. Pourquoi ce changement de date ?
Mohamed El Maâzaoui : Le 6ème Marathon International de Casablanca a été reporté car sa programmation coïncidait avec celle du Marathon International de Marrakech, qui s’est déroulé le 19 janvier. Comme vous le savez, les athlètes ne peuvent courir deux marathons sans un temps de récupération d’au moins deux mois. C’est pour cela que, sur intervention de M’hammed Aouzal, le président du Comité provisoire de la fédération royale marocaine d’athlétisme (FRMA), qui a promis de nous aider pour notre marathon, nous avons accepté de reporter notre manifestation. Cela, malgré le fait que nous ayons inscrit notre marathon dès le 22 août 2002, alors que celui de Marrakech ne l’a été que vers novembre-décembre. J’impute l’entière responsabilité de cet état de choses à la direction de l’Organisation relevant de la FRMA, qui aurait dû amener les organisateurs des deux marathons à s’asseoir pour discuter d’une solution.
Mais le Marathon de Marrakech n’est-il pas inscrit dans cette tranche de janvier depuis sa création ?
Effectivement. Seulement, après le départ de Haj Mohammed Médiouri et, par la suite, la démission de Aziz Daouda, qui était le directeur du Marathon de Marrakech, cette manifestation, qui était parmi les plus prisées au niveau mondial (2h08 de Abdelkader Mouaâziz), avait cessé d’exister pendant trois ans. C’est après cela que nous avons choisi cette date et que nous avons signé le 27 octobre 2001 à Palerme un protocole d’intention pour l’organisation d’un Grand Prix de course sur route qui a pour nom «le Grand prix euro-méditerranéen, en partenariat entre les organisateurs des marathons de Berlin et de Palerme. Avec une classification finale à point en rapport au classement dans les trois courses. Quand les organisateurs de Marrakech ont décidé de reprendre cette manifestation, nous étions déjà là. De plus, la 6ème édition s’inscrit dans le cadre du programme annuel de la Fédération internationale d’athlétisme et est organisé sous l’égide de la FRMA. La suite, vous la connaissez.
Où en êtes-vous actuellement au niveau des préparatifs ? Et quels sont les moyens dont vous disposez ?
D’abord, nous tenons à présenter nos remerciements déférents à l’Auguste personne de SM le Roi Mohammed VI qui a bien voulu nous honorer de son haut patronage. Il est sûr que c’est un fait qui nous est d’un grand soutien moral et qui nous aidera dans notre marche pour faire de ce Marathon un rendez-vous international incontournable. D’autre part, nous avons signé un accord avec la TVM pour la retransmission directe de l’événement. Et actuellement, nous avons des promesses de certains sponsors que nous contactons directement et qui sont prêts à nous aider dans notre challenge. Car, je dois vous dire que nous n’avons jamais reçu la moindre aide ni la moindre subvention – à part le matériel, comme les barrières – ni des communes, ni de la Communauté urbaine, ni du ministère. Ce sont les sponsors et l’Association qui supportent tous les frais. Alors qu’il s’agit d’un événement intéressant toute la région de Casablanca et, qui, s’il se développe comme nous le souhaitons, pourra lui aussi être un vecteur de développement du tourisme… Nous tenons, par ailleurs, à remercier la Sûreté nationale pour sa précieuse collaboration en matière de circulation. Une collaboration sans laquelle le Marathon serait une belle cacophonie !
Quelle affluence espérez-vous à ce marathon ?
Si notre ambition est de parvenir à réunir quelque 20.000 participants dans les toutes prochaines années, nous misons, pour l’édition 2003, sur la participation de quelque 10.000 coureurs, dont des top-runners marocains et étrangers représentant le Kenya, l’Ethiopie, la Russie, l’Italie, l’Allemagne, la République Tchèque, l’Algérie, la Roumaine et Monaco. Ceux-ci prendront le départ sur la Corniche et effectueront deux boucles, l’une de 16 km et l’autre d’un peu plus de 25km. Nous sommes également en contact avec les managers de top-runners pour amener des coureurs de haut niveau pouvant battre le record de Boubker El Afoui (2h10mn) et placer le Marathon de Casablanca parmi les meilleurs. D’autre part, une trentaine de personnes de l’Association sportive des courses sur route et marathon est en train de faire un travail de sensibilisation auprès des écoles et des associations en vue d’encourager le maximum de personnes à venir participer à cette manifestation, mais en même temps à mettre l’accent sur les vertus du sport. Les inscriptions débuteront le 1er mars, avec huit centres à Casablanca, un au siège de la FRMA à Rabat, un à Khémisset et un autre à Azemmour.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *