Casablanca, capitale de la boxe arabe

Casablanca, capitale de la boxe arabe

Cette soirée-gala, organisée par la Fédération internationale de boxe arabe professionnelle, sous l’égide de la Fédération royale marocaine de full Contact, aura lieu au complexe sportif Mohammed V. Selon Hadi Sediri, président de la FIBA, et qui n’est autre que l’inventeur de cette nouvelle discipline qui se veut la concurrente de la boxe anglaise, française et thaïlandaise, le choix du Maroc s’explique par le fait qu’il a été et il l’est toujours terre de sports et de champions.
Ce grand gala verra la participation de plusieurs pays : le Maroc, la France, l’Italie, le Sénégal, la Yougoslavie, le Mali et la Tunisie. Sur les dix boxeurs qui prendront part à cet événement, cinq représenteront le Maroc. Le face-à-face qui promet d’être chaud et riche en spectacle, car c’est le titre qui sera en jeu, est celui qui mettra aux prises le tenant du titre dans la catégorie des poids plume (57 Kg), le jeune Marocain Mustapha Bensihmed, 23 ans, au vice-champion du monde, le Sénégalais Boudian Malang. Cette rencontre sera suivie d’un autre duel de choc entre la Marocaine Safia Lehani, en quête de son premier titre, et la Yougoslave Alexandra Pollidika, tenante du titre. Ce n’est pas la première fois que le Maroc abrite un tel événement. Le championnat du monde de boxe arabe professionnelle est le troisième événement du genre, après les deux galas internationaux de 1989 et 1990. Selon Sediri, l’organisation de ce genre de compétition a pour objectif de vulgariser la boxe arabe, peu connue auprès de la jeune population arabe.
Depuis qu’il l’a créée, Sediri n’a cessé de multiplier ce genre d’initiatives à travers les différents pays arabes (Algérie, Tunisie, Egypte…) pour promouvoir ce sport. En même temps, il sillonne les pays arabes dans le but de mettre en place une structure arabe appropriée à cette pratique. « Nous comptons dans les jours qui viennent créer une confédération arabe de boxe arabe professionnelle, dont le siège aura lieu au Maroc », a fait savoir le président de la FIBA, six fois champion du monde. Pour la prochaine édition qui se déroulera en 2005, les organisateurs tablent sur la participation de plus de 60 boxeurs, représentant les quatre continents. Pour ceux qui ne la connaissent pas, la boxe arabe est une synthèse du karaté (les coups de pieds) et de la boxe anglaise (les coups de poing). Cette discipline, dont Sediri est l’inventeur en 1971, a parcouru un long chemin avant de devenir la concurrente directe de ses consoeurs. « Il y avait la boxe française, anglaise et thaïlandaise, je me suis dit pourquoi pas une boxe arabe », a tenu à expliquer Sediri.
Après avoir vu le jour en 1980, sous forme d’une association sportive fondée par le même Sediri, la boxe arabe s’est dotée de sa première fédération en 1985. Paradoxalement, elle s’appelait la Fédération française de boxe arabe. La FIBA, elle, est venue au monde cinq ans après.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *