Clôture en apothéose

Clôture en apothéose

L’aventure du Rallye Aïcha des gazelles a finalement pris fin à Essaouira vendredi 27mars. Les Gazelles, dont la majorité viennnent de l’étranger devront retourner dans les plus brefs délais dans leur pays, se reposer un peu pour reprendre le cours de la vie. Durant huit jours, elles se réveillaient tôt, à quatre heures du matin pour vivre un nouveau défi. Pour elle, chaque jour l’était. «Aujourd’hui, je réalise que je ne connaissais pas l’ampleur de l’événement mais aussi la difficulté du parcours. Je suis fière.C’est impressionant ce que l’on a vécu. Pour ma première expérience, je suis contente», a déclaré à ALM, Laure-Anne El Hajili, de l’équipage  de la Royal air Maroc, «c’est la topographie qui nous a créé plus de problèmes. je pense qu’une deuxième fois, ce sera mois dur. J’ai vu des paysages magnifiques et j’ai rencontré des nomades.  Vivre avec une personne qu’on ne connait pas est une autre épreuve. Heureusement, on s’est très bien entendues. Nous avons vécu le stress et l’angoisse». Sa partenaire Touria Melhaoui a de son côté renchéri que : «c’est comme une chasse au trésor. Notre mission était de ramener des balises qu’on devait cherchait dans le désert pour ne pas se retrouver hors classement».
 Douze équipages marocains étaient en ordre de bataille pour occuper les places avancées mais aussi pour relever le challenge d’un rallye en plein désert. Le premier équipage marocain s’est composé de Sophia Berrada et Zineb Yazidi. En outre, le deuxième équipage marocain, celui composé de Jamila Merini et Naoual Hilali, a été classé en 46 ème position. L’importance pour les Gazelles n’est pas d’exploser des records de vitesse mais de découvrir, de voyager et surtout de se surpasser moyennant une somme de 400.000 DH. Les gazelles doivent avoir le budget nécessaire pour cette aventure. Mais, en général, elles ne partcipent à des événements de la sorte qu’avec un sponsor. Le Rallye Aïcha des gazelles reviendra l’année prochaine au mois de mars et donne rendez-vous à celles qui rêvent de parcourir le désert, renconter ses nomades et partager avec eux quelques moments de leur modeste  vie. C’est aussi l’occasion de tisser une relation certaine avec le paysage marocain. Les 2.500 kilomlètres de désert reposent sur la navigation à l’ancienne, une expérience hors du commun. De ce fait, le rallye offre l’occasion aux Gazelles de partager les vraies valeurs de générosité, de solidarité, du respect de l’Autre, d’entraide et d’écoute.L’édition 2008 a connu la mise en place d’une caravane «Santé et nutrition» pour sensibiliser les populations à la consommation des aliments enrichis en fer et en vitamines. «Soucieux de prendre compte de la problématique majeure des émissions de CO2, ce rallye est le premier raid à s’inscrire dans une démarche environnementale et citoyenne», a, par ailleurs, souligné Dominique Serra, fondatrice du Rallye en 1990. A la différence des épreuves classiques de vitesse pure, ce rallye repose sur la navigation à l’ancienne et permet à de nombreuses femmes motivées de vivre une expérience hors du commun.
La dix-neuvième édition du Rallye Aïcha des Gazelles s’est achevée encore une fois sur la plage d’Essaouira. Pour la cinquième année consécutive, l’arrivée officielle des Gazelles a pris place sur cette plage féerique. Le Rallye des Gazelles a facilement conquis le public, mais surtout les Gazelles.


DNES à Essaouira
Leïla El Attafi

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *