Côte d’Ivoire-Mali et Ghana-Zambie en demi-finales : La fin du rêve tunisien

Côte d’Ivoire-Mali et Ghana-Zambie en demi-finales : La fin du rêve tunisien

Côte d’Ivoire-Mali et Ghana-Zambie tel est le plateau du dernier carré de la CAN 2012. Après un premier tour plein de surprises, la Côte d’Ivoire et la Zambie, données favorites sur le papier, ont honoré leur contrat en se qualifiant facilement, samedi 4 février, pour les demi-finales de la CAN-2012 de football, aux dépens respectivement du Soudan et de la Guinée équatoriale sur le même score de 3-0, en quarts de finale. La Côte d’Ivoire, qui reste sur une élimination aux quarts en 2010, a dépassé ce stade de la compétition comme en 2006 (finaliste) et 2008 (4è). La Zambie, elle, a fait mieux qu’en 2008, quand elle fût éliminée au premier tour, et 2010 quand elle a été sortie en quart. En effet, la Côte d’Ivoire l’a emporté à Malabo, par 3 buts à 0 grâce à des réalisations signées Didier Drogba (36e, 70e) et Yaya Touré (80e), alors que la Zambie a assuré sa présence en demi-finales aux dépens du Soudan grâce aux buts de Sunzu (15e), Katongo (66e) et Chamanga (86e). Dimanche 5 février, le Mali et le Ghana se sont qualifiés au dernier carré, en battant dans la douleur, respectivement, le Gabon par 5 tirs au but à 4 (temps réglementaire : 1-1, prolongations : 1-1), à Libreville, et la Tunisie par 2 buts à 1 après prolongations (temps réglementaire: 1-1), à Franceville. Le Ghana avait ouvert le score à la 10e minute du jeu par l’entremise de John Mensah, avant que le Tunisien Khelifa n’égalise à la 42e minute. Lors des prolongations, le Ghana est parvenu à inscrire le but de la qualification grâce à l’opportunisme de André Ayew (101e), profitant d’une bourde du gardien de but tunisien Aymen Mathlouthi. «C’est une grande déception, je n’ai rien à reprocher à mes joueurs. Dans les prolongations on n’aurait pas dû être sur nos nerfs. La Tunisie ne méritait pas de perdre, les joueurs se sont surpassés et parvenus à dominer un adversaire de taille», a affirmé Sami Tarabelsi, le coach tunisien à l’issue de la rencontre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *