Coup d’envoi de l’Open d’Australie

Les Internationaux d’Australie semblent tourner le dos aux tennismen locaux. Depuis 1976, aucun Australien n’a pu remporter le prestigieux tournoi. A l’époque, le modeste Mark Edmondson, qui sortait des qualifications, avait surpris tout son monde en battant ses prestigieux compatriotes Ken Rosewall et John Newcombe, tenant du titre, en demi-finale et en finale.
Pour l’édition de 2003, le nom de Lleyton Hewitt fait l’unanimité quant à un possible sacre australien à domicile. L’actuel n° 1 mondial devrait réussir là où plusieurs de ses compatriotes ont échoué auparavant.
En 1987 et 1988 déjà, Pat Cash échouait en finale alors qu’en 2001, un autre Australien, Patrick Rafter, n’a pu dépasser le stade des demi-finales.
Hewitt se présente paré du titre de n°1 mondial pour la seconde fois. L’année dernière, miné par la varicelle, il n’avait pu dépasser le stade du premier tour. En 2001, alors qu’il était tête de série n° 7, il avait hérité d’un tableau difficile. Après avoir battu le Suédois Jonas Bjorkman en cinq sets et l’Allemand Tommy Haas en trois sets serrés, il avait été éliminé en cinq sets par l’Espagnol Carlos Moya.
Mais cette année, le jeune maître du tennis mondial semble plus que jamais décidé à briller dans le ciel de Melbourne. «L’Open d’Australie est l’un des deux tournois du Grand Chelem, avec Roland-Garros, que je n’ai pas été capable de gagner. En tant qu’Australien, le Melbourne Park est un endroit très spécial pour moi », a prévenu un Hewitt en grande forme. Selon son entraîneur Jason Stoltenberg, il a fait le plein d’énergie en se reposant tout au long de la semaine dernière. Un repos précédant son grand rendez-vous du début d’année. Contrairement à l’année dernière, il devrait avoir deux premiers tours assez faciles. Après, il rencontrera sans doute le Brésilien Gustavo Kuerten (n° 30 au classement ATP). Mais il faut dire que les Internationaux d’Australie ne réussissent pas au Brésilien non plus. Ce dernier a régulièrement calé avant le troisième tour à Melbourne. Si Hewitt parvient en quarts de finale, son futur adversaire devrait y être l’Américain Andy Roddick (n° 9), l’Argentin Juan Ignacio Chela (n°19) ou le Tchèque Jiri Novak (n° 7), demi-finaliste l’an dernier. Mais la plus grande menace, celle qui pourrait ruiner une fois de plus les espoirs australiens, demeure cependant l’Américain Andre Agassi (n° 2). L’année dernière, l’Américain était contraint au forfait au dernier moment après une blessure contractée au poignet.
Chez les dames, les pronostics tendent vers un sacre final de la tenante du titre, l’Américaine Serena Williams. La n° 1 mondiale a fait un parcours exceptionnel en 2002. Ayant gagné Roland-Garros, Wimbledon et l’US Open, elle s’est préparée avec un soin inhabituel pour devenir la quatorzième joueuse à inscrire, dans le désordre, son nom au palmarès des quatre tournois du Grand Chelem. Seulement, la cadette des soeurs Williams n’est pas invincible. La Belge Kim Clijsters l’a démontré en la battant dans le Masters décembre dernier. La n° 4, qui a depuis longuement séjourné en Australie, devrait être une sérieuse rivale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *