Coup d’envoi du mondial de handball féminin

La lutte promet d’être serrée dans ce mondial, même si comme à l’accoutumée les nations européennes devraient jouer les premiers rôles, à l’image du Mondial-2001 italien où elles ont occupé les dix premières places du classement final. Bastion traditionnel du handball féminin, le Danemark pourrait se montrer plus effacé que d’habitude en raison de plusieurs blessées. Souci du palmarès mis à part, le Mondial ne représente pas une étape majeure pour les doubles championnes olympiques danoises qui ont déjà obtenu leur billet pour la Grèce en tant que championnes d’Europe 2002. Ce n’est pas le cas des vice-championnes d’Europe norvégiennes qui, à l’instar de nombreuses nations médaillables comme la Russie, la Serbie-Monténégro, la France, l’Allemagne, la Hongrie, voire la Roumanie, la Slovénie, l’Espagne et la Corée du sud, vont se disputer les derniers sésames. Habituées des stades olympiques (elles ont terminé 4e à Sydney), les Sud-Coréennes se sont en effet laissées surprendre par la Chine qui leur a subtilisé l’unique place olympique réservée au vainqueur des qualifications asiatiques. Sur la lancée du Mondial-2001 où elles ont été la meilleure équipe non-européenne (11e), les Chinoises s’engagent donc en toute quiétude dans la compétition croate, malgré un premier tour difficile où elles affrontent l’Allemagne, la Côte d’Ivoire, le Danemark, la Hongrie, médaillée d’argent à Sydney, et la Slovénie dans le groupe D. Hormis peut-être les Ivoiriennes, ce groupe oppose cinq équipes susceptibles d’accéder aux cinq premières places finales, alors que seules trois d’entre elles passeront l’écueil du premier tour. Il y aura certainement aussi un éliminé de marque dans le groupe A où se côtoient l’Australie, le Brésil, la Croatie, l’Espagne, la France, médaillée de bronze de l’Euro-2002, et la Serbie-Monténégro, médaillée de bronze du Mondial 2001. Des deux challengers probables, Australie et Brésil, les Sud-Américaines seront toujours les moins malheureuses, leur avenir olympique étant déjà assuré grâce aux qualifications continentales. Les groupes B et C semblent a priori plus homogènes. Ils devraient permettre aux favoris -Russie et Corée du sud dans le groupe B, Norvège, Roumanie et Ukraine dans le groupe C- de passer sans souci majeur le premier tour. Débarrassé des schémas de compétition tortueux appliqués il y a encore peu, le Mondial-2003 s’annonce plus lisible et plus intense que les précédentes éditions.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *