Coupe Davis : l’Australie en finale

Coupe Davis : l’Australie en finale

La Suisse a eu beau tenir face à l’Australie jusqu’à l’égalisation 2 à 2, le mot final reviendra à Lleyton Hewitt qui forcera la décision au bout du troisième point. Pourtant, malmené dans les premiers sets, Lleyton Hewitt donnait l’air de ne pas faire long feu devant un Federer offensif jusqu’au bout des ongles. On ne sait par quel miracle Hewitt puisera dans ses ressources, pour en fin d’échanges venir à bout de Federer et envoyer l’Australie en finale de la Coupe Davis. Il a fallu trois heures trente de jeu pour voir l’ancien numéro un mondial s’imposer contre le champion de Wimbledon sur le score de 5-7, 2-6, 7-6, 7-5, 6-1 et offrir à son pays le troisième point décisif de la rencontre. À l’issue de cette victoire, les Australiens affronteront en novembre l’Espagne ou l’Argentine qui jouaient à Malaga. Après un match sulfureux, Hewitt s’est déclaré heureux comme jamais, plus encore qu’après ses victoires dans l’US Open 2001 ou Wimbledon 2002. « C’est un sentiment incroyable. Il était quasiment inarrêtable dans le deuxième set. Il a fallu que j’aille puiser très loin dans mes réserves. » Après la victoire de Wayne Arthurs et Todd Woodbrige dans un double tout aussi mémorable samedi, Federer devait absolument l’emporter pour égaliser à 2-2 et entretenir l’espoir de son camp. Mais le brillant numéro trois mondial, vainqueur du deuxième simple de vendredi contre Mark Philippoussis puis battu dans le double aux côtés de son capitaine Marc Rosset, a souffert de la fatigue dans sa troisième rencontre en autant de jours. Après un départ canon, Federer a pourtant servi pour le match à 5-3 dans la troisième manche, mais Hewitt s’est réveillé à cet instant précis, reprenant le service de son adversaire et le forçant à disputer un jeu décisif qu’il a enlevé 7-4. Le Suisse a eu beau résister encore dans le quatrième set, trop de fautes directes l’ont littéralement écrasé et facilité la tâche de son opposant. En Espagne, Agustin Calleri a créé la sensation en obtenant face à Juan Carlos Ferrero le point de l’égalisation 2-2 de l’Argentine. L’Argentine, menée 2-0 après les deux premiers simples de vendredi, avait entretenu l’espoir avec la victoire le lendemain en double de Calleri et Lucas Arnold contre la paire Alex Corretja/Albert Costa. Calleri est revenu sur la terre battue de Malaga après avoir été appelé à remplacer Mariano Zabaleta. Il s’est parfaitement acquitté de sa tâche en balayant en trois manches le n°1 mondial. Après deux sets serrés, perdus 6-4 7-5, le vainqueur de Roland-Garros a craqué 6-1 dans la troisième manche, forçant Carlos Moya à disputer à Gaston Gaudio le point de la victoire. Un match qui devait tenir toutes ses promesses vu l’enjeu de la rencontre, en plus du gabarit des deux raquettes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *