Coupe du monde 2014 – Brésil – Scolari: « faire des sacrifices pour la cause commune »

Coupe du monde 2014 – Brésil – Scolari: « faire des sacrifices pour la cause commune »

Les joueurs de la Seleçao doivent tous "faire des sacrifices pour la cause commune", y compris Neymar, a expliqué mercredi le sélectionneur brésilien Luis Felipe Scolari, à la veille du match d'ouverture contre la Croatie, à Sao Paulo.

Q: En 2002, vous étiez déjà le coach de l'équipe du Brésil qui a remporté la Coupe du monde. Vous aviez à l'époque des individualités très fortes. Cette fois, avez-vous plus une équipe ?

R: "Je dirais que cette équipe et celle de 2002 collectivement sont les mêmes. Toutes deux ont la personnalité pour changer certaines situations tactiques. Nous avons atteint l'objectif en 2002. Concernant l'équipe actuelle, dans des situations spécifiques, certains joueurs font des choses différentes de celles qu'ils font d'habitude dans le but d'aider l'équipe. Tous les joueurs doivent faire des sacrifices pour la cause commune, et par exemple Neymar doit aussi se soucier de tâches défensives pour aider l'équipe".

 Si vous deviez jouer contre Neymar demain, vous dormiriez bien ? Auriez-vous une tactique particulière ?

"Je l'ai déjà dit des centaines de fois, je dors très bien. Je ne sais pas si je fais d'autres choses très bien (sourire), mais je dors très bien. Si j'avais Neymar comme adversaire, j'y penserais sans doute pendant la nuit mais je continuerais à dormir. Avec la qualité de ce joueur, on doit penser à autre chose, la façon dont il joue peut changer le cours d'un match à tout moment".

Q: Il y a douze ans, avant le match d'ouverture contre la Turquie (remporté 2-1), que ressentiez-vous ? Pouvez-vous comparer ?

 "Je dormais moins, je dors plus maintenant… je ne me souviens pas. Probablement que j'étais anxieux de commencer le match. Comme l'a dit Neymar, nous avons passé de nombreux jours à nous entraîner, nous sommes impatients de commencer. Il y a douze ans, je me souviens que pendant le premier match, nous avons gagné 2 à 1. A chaque Coupe du monde, on a toujours des difficultés lors du premier match, on gagne rarement avec plus d'un but d'écart".

 Votre neveu vient de trouver la mort (dans un accident de voiture), comment trouvez-vous la force de réagir ?

"Oui nous avons connu des moments difficiles mais la vie continue. Nous faisons ce que nous devons faire et nous avançons. Même quand nous nous sentons tristes, quand on voit la beauté de ce qui nous entoure… Ici par exemple, c'est un beau stade, donc nous avons oublié les tristesses et nous avançons ensemble".

Le match d'ouverture approche. Pouvez-vous penser seulement au match ou aussi aux matches plus difficiles du 2e tour ?

"Je pense au match de demain (jeudi, ndlr). Comme je l'ai dit, nous avons sept marches et nous devons les gravir. Mais nous devons penser à la première marche d'abord. L'idée que je dois transmettre est que la première étape est demain, après il en reste six si nous voulons gagner".

Comment décrire votre façon de travailler avec l'équipe. Etes-vous plus un père, un ami ?

"J'essaie de rester le même, je n'ai pas changé entre le Brésil et l'étranger. J'ai retenu les leçons de quand j'étais joueur. Je suis un mélange, un père, un oncle, un ami, cette personne qui doit parfois parler fort. Un coach doit avoir du leadership, diriger et surtout prendre des décisions".

 Depuis que votre équipe est rassemblée à Teresopolis, tout s'est-il bien passé ? Comment l'équipe a-t-elle évolué ?

"Si je devais de nouveau choisir une stratégie, je ferais la même chose. Nous avons beaucoup avancé. Nos joueurs venaient de différents horizons, nous avons eu deux matches amicaux, et ils ont été bons, ils sont en forme. Tout ce qui était prévu a été fait et bien fait, au centre d'entraînement vous nous avez vu nous entraîner sans difficulté, tout s'est bien passé. Personne n'était inquiet, nous ne jouerons pas comme les autres équipes qui ont joué quatre ou cinq matches. Nous sommes en bonne condition pour passer ce premier tour".

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *