Coupe du Trône : RSB-WAF, une finale inattendue

Coupe du Trône : RSB-WAF, une finale inattendue

Croyant l’affaire pliée, les Verts ont sensiblement baissé de régime, ce qui a permis aux Fassis de gagner en confiance et d’absorber progressivement la pression.

On ne le répétera jamais assez, la Coupe du Trône demeure une compétition unique en son genre à plus d’un titre. Elle met toutes les équipes participantes sur le même pied d’égalité. Qu’elles soient issues de la première division ou de division amateur, cela importe peu. La nouvelle édition de cette prestigieuse coupe n’a fait que confirmer ce constat. Et les surprises ont commencé dès vendredi soir.

En effet, le Wydad de Casablanca a été disqualifié par la Renaissance Sportive de Berkane. Le match qui a eu lieu sur la pelouse du complexe sportif de la capitale spirituelle a été marqué par la prudence excessive et le manque d’audace des deux formations. La pression aidant, le jeu offensif n’aboutissait pas.

Quelques occasions nettes ont été étrangement ratées par Ismail Haddad provoquant la colère des supporters wydadis.

Cependant, pour faire la différence, la RSB s’est appuyée sur la force technique de son attaquant Laba Kodjo qui a donné du fil à retordre à la défense des Rouges tantôt grâce à ses dribbles déroutants tantôt par ses passes malicieuses.

Les défenseurs du Wydad ont eu beau exercer le marquage individuel, l’attaquant togolais est parvenu à les duper à l’heure du jeu en profitant d’un ballon mal dégagé pour ainsi marquer le premier but.

A la recherche du but d’égalisation, le technicien René Girard secoue le cocotier en intégrant tour à tour Amine Tighazoui et Badii Aouk dont l’impact s’est fait rapidement ressentir. D’ailleurs, le Wydad remet les pendules à l’heure grâce à un coup franc bien tiré de Tighazoui et bien repris par l’Ivoirien Cheick Ibrahim Kamara (71’).

Avec ce résultat de parité qui restera inchangé même en prolongations, les deux équipes se sont livrées aux séances des tirs au but à l’issue desquelles la RSB se qualifie. Elle disputera ainsi sa troisième finale après celles de 1987 et 2014 et affrontera le 18 novembre le Widad de Fès (D2) vainqueur contre toute attente dans l’autre demi-finale qui l’a mis aux prises au Raja de Casablanca, samedi à Tanger.

Là encore le suspense a atteint son paroxysme. Dans une rencontre que beaucoup pensaient qu’elle opposerait David à Goliath, tous les préjugés ont été bafoués. Cette fois Goliath a eu raison de David devant des spectateurs ahuris.

Le Raja a pourtant bien démarré la partie se procurant plusieurs occasions dont l’une fera mouche dès la 20ème minute du jeu par l’entremise de Abdelilah El Hafidi. Croyant l’affaire pliée, les Verts ont sensiblement baissé de régime, ce qui a permis aux Blanc et Noir de gagner en confiance et d’absorber progressivement la pression. Et alors qu’on se dirigeait vers les dernières minutes de la rencontre, le WAF égalise sur une excellente contre-attaque couronnée par le but d’Azeddine Baala (76è).

Le Raja qui aspirait à remporter la Coupe pour la deuxième année consécutive a mis par la suite les bouchées doubles. Mais c’était sans compter sur la détermination des joueurs fassis qui ont défendu bec et ongles malgré l’expulsion de Mehdi Qtaibi. Ils ont tenu tête au tenant du titre et sont même parvenus à avoir le dernier mot à l’issue des séances fatidiques des tirs au but.

C’est ainsi que le WAF croisera le fer avec la RSB dans une finale inédite.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *