Coupe UEFA : Monaco optimiste

Coupe UEFA : Monaco optimiste

Malgré tous ses soucis,Monaco refuse d’envisager un nouveau revers sous la forme d’une élimination de la coupe de UEFA. Les joueurs de la principauté affrontent ce jeudi à l’extérieur les Néerlandais de Willem II en match retour du premier tour et ils semblent bien placés après leur victoire 2-0 à l’aller. Compte tenu des circonstances, cet avantage ne peut cependant être considéré comme une garantie. Après avoir échoué lors du tour préliminaire de la Ligue des champions, Monaco a fait de la coupe de l’UEFA l’une des ses    priorités. Le club est à la recherche d’un nouvel entraîneur après la    démission de Didier Deschamps. L’intérim de Jean Petit prendra fin dimanche après le match de championnat face à Lille. En outre, le gardien italien Flavio Roma et le milieu de terrain tchèque Jaroslav Plasil sont toujours indisponibles en raison de blessures. C’est donc une équipe monégasque affaiblie et en manque de sérénité qui se rendra aux Pays-Bas. "Une élimination, je ne veux pas y penser", affirme le défenseur international Sébastien Squillaci.
"On sait que l’adversaire recupérera certains de ses éléments importants et aura une grosse envie de montrer un autre visage et de mettre en valeur ses qualités devant son public. Il nous faudra être sérieux et méfiants, ne pas croire que c’est arrivé. On aura l’avantage de deux buts d’écart et on n’a pas encaissé de but chez nous. On a donc les cartes en mains". Le groupe monégasque, qui a vécu quelques dissensions internes consécutives aux événements récents, semble avoir pris conscience du danger. "On essaie de travailler et de rester sereins", souligne le milieu de terrain Camel Meriem. "C’est vrai que ce n’est pas toujours évident avec le flou dans lequel on se trouve mais la motivation est là. On sait que cette compétition européenne peut aussi nous offrir l’occasion de nous relancer". "Bien sûr qu’on espérait se retrouver dans une situation  plus tranquille mais je crois surtout qu’il ne faut pas paniquer", dit-il.  "Ce sont des événements qui arrivent souvent dans une vie de club et dans une carrière de joueur. Je les ai vécus en Espagne. Il nous faut tous nous mobiliser pour y faire face". Le déplacement aux Pays-Bas sera tout sauf une promenade de santé mais, au moins, l’envie est là. "On est tous dans le même navire", conclut Sébastian Squillaci.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *