Courbis dans la tourmente

L’OM, Olympique de Marseille, est le club d’où le scandale arrive. Et c’est le moins qu’on puisse dire. Après l’affaire OM-Valenciennes, qui a défrayé la chronique, il y a quelques années, et dont Bernard Tapie, président alors, a été la principale victime, c’est le tour, cette-fois-ci, de l’ancien entraîneur de l’équipe, le Français Rolland Courbis, d’occuper les devants de la scène. Il a été mis en examen mercredi par les juges instructeurs en charge de l’enquête sur d’éventuelles malversations lors de transferts de joueurs entre 1997 et 1999. C’est ce qu’a annoncé son avocat Me José Allegrini.
Rolland Courbis a été mis en examen par les juges Franck Landou et Laure Roche pour complicité et recel d’abus de biens sociaux ainsi que pour faux en écritures privées. Son audition par les juges entamée mercredi en milieu de matinée, à l’issue d’une garde-à-vue de 48 heures dans les locaux de la brigade économique et financière de la police de Marseille, devait se poursuivre mercredi dans l’après-midi et durer encore plusieurs heures, a ajouté son avocat. «L’interrogatoire de première comparution est long et détaillé. Les questions et les réponses sont précises. Il répond avec minutie», a expliqué Me Allegrini. L’information judiciaire sur des malversations présumées à l’occasion de transferts de footballeurs entre 1997 et 1999, avait été ouverte en décembre 1999.
Les affaires de malversations financières et de pots-de-vin ont toujours été la particularité du club du sud. On se rappelle tous de l’affaire des pots-de-vin de l’OM-Valenciennes dans laquelle étaient impliqués trois joueurs, dont l’international argentin et champion du monde, Burruchaga, et le président du club, lui-même. Un procès qui était en quelque sorte l’arbre qui cachait la forêt puisque d’autres ont suivi. Le champion d’Europe est devenu le champion des scandales. Depuis, l’OM, première équipe dans l’histoire du football français à remporter la coupe d’Europe des clubs, n’a pas pu se relever. C’était la chute libre. Il faut dire que son ex-président y était pour beaucoup. Magnat de la finance, Bernad Tapie, s’est servi de l’exploit et de l’image de son club pour faire une carrière politique. Chose qui n’était pas facile, vu son passé terni. En usant de ce dernier, ses détracteurs n’ont pas laissé passer l’occasion pour lui barrer la route aux élections. Plus encore, ils l’ont envoyé en taule.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *