Couronnement de Hay Mohammadi

Couronnement de Hay Mohammadi

C’est dans une atmosphère surchauffée par quelque 1500 spectateurs tous munis d’une panoplie d’outils d’encouragement, que s’est déroulée la rencontre de la finale de la Coupe du Trône dames pour la saison 2002-2003. L’équipe de la commune urbaine de Hay Mohammadi (ACUHM) au palmarès éloquent, motivée par l’octroi du titre de champion du Maroc, affrontait l’équipe de Talibat Ben M’sik, pleine d’ambition et de courage en quête d’un premier succès dans son histoire. La partie a tourné confortablement en faveur des handballeuses de Hay Mohammadi après avoir dominé en long et en large la partie sur la marque sans appel de 23/14. L’ACUHM parvient ainsi à s’emparer de la coupe et doter son palmarès d’un quatrième couronnement. Dès le début du match, les prémices de la victoire pour l’ACUHM allaient se dessiner malgré les efforts considérables déployés par les partenaires de Hasna Rajafellah de Ben M’sik. Du coup, les joueuses du coach de la commune urbaine Mohamed Lemsettef ont imposé à leurs adversaires un rythme endiablé reposant essentiellement sur les contres rapides empruntant les diagonales pour ramener le score à quelques quatre buts d’écart. En dépit de toute cette pression, le coach de Ben M’sik a toujours exhorté ses joueuses à ne pas baisser les bras pour faire jeu égal momentanément avec leurs adversaires. Score de la mi-temps : 9-7 pour ces dernières. A la reprise, les deux équipes ont tenté chacune de fausser la tactique de l’autre soit par des blocages permettant des passages faciles vers le but respectif ou par des contres ponctués des deux flancs. Néanmoins, à un quart d’heure de la fin, Ben M’sik a observé une défense 5-1 qui était auparavant linéaire 6-0 dont l’ACUHM avait bien profité grâce à Hind Salhi (8 buts) et Hasna Achak (6 buts) impeccables dans l’animation offensive. Ces dernières ont su se mettre au service de l’équipe avec une intelligence rare. Autour d’elles, chacune de leurs partenaires a brillé, a accompli sa part du boulot à la grande satisfaction de Mohamed Lemssetef, coach de l’ACUHM qui a déclaré: «Sur le plan tactique et physique, les joueuses ont bien répondu. On a pu utiliser toute la profondeur du banc, toutes ont bien apporté au collectif. C’est l’une des belles réalisations». De son côté, l’équipe de Ben M’sik a également eu des opportunités pour revenir au score. Mais ce ne fut pas le cas puisque les co-équipières de Fatna Mamadi ont multiplié des erreurs impardonnables qui ont profité à l’ACUHM. Cette dernière s’est révélée être la plus expérimentée et la mieux encadrée par Mohamed Lamssetef, Afifa Rouiz et Fatiha Himoud, tous des anciens handballeurs. L’ACUHM a finalement réalisé son objectif en s’emparant d’un doublé tant convoité. Score final 23-14. Ce qui n’a pas écarté un brin d’amertume qui sera clairement manifestée par Afifa Rouiz et Fatiha Himoud, du staff technique de l’ACUHM : «Ce n’est pas judicieux qu’une telle finale ne soit pas télévisée en direct. De ce fait, l’égalité entre l’homme et la femme existe uniquement sur le papier, sans vous parler de la prime spéciale du vainqueur qui reste dérisoire».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *