Cyclisme : Le tour d’Espagne toujours indécis

« Une course sans hiérarchie », estimait mardi le quotidien sportif « El Mundo Deportivo » à propos de la première semaine de la Vuelta qui n’a livré que de faibles enseignements et confirmé quelques secrets de polichinelle. A l’exception de l’Italien Dario Frigo, 4ème à 3 min 05 sec, les étrangers sont venus à la Vuelta se dégourdir les jambes sans viser plus loin que des victoires d’étapes. Levy Leipheimer, 3ème en 2000, Bobby Julich, ancien podium du Tour de France, Richard Virenque, Vladimir Belli, Frank Vandenbroucke ne sont plus là ou pointent dans les profondeurs du classement. Du côté des Espagnols, deux grosses côtes, l’Espagnol Oscar Sevilla, victime d’une chute lors de la 3ème étape, ne peut plus prétendre à rien alors qu’Angel Casero vainqueur en 2001, s’est présenté hors de forme. La course elle-même n’a pas atteint des sommets. Isidro Nozal et Igor Gonzalez de Galdeano, les deux coureurs de la ONCE, occupent les deux premières places du général, en raison de leurs talents au contre-la-montre (victoire par équipes, et 1ère et 4ème places de l’individuel). La montagne a accouché d’une souris, les organisateurs ayant très mal choisi le tracé pyrénéen. « Il n’y avait pas de vrais cols à part l’Aubisque, qui n’était pas une arrivée. Les cols pouvaient se monter au train et il était impossible de creuser de gros écarts. S’il n’y pas de défaillance, ce sera difficile pour les grimpeurs de gagner », estime Johan Bruyneel, directeur de l’US Postal, de Manuel Beltran, 3ème (à 2:01), et surtout de Roberto Heras, vainqueur 2000, 5ème (à 3:28). Dans ce contexte, Isidro Nozal, 25 ans, qui court sa 5e saison professionnelle avec comme tout palmarès une victoire… lors de la Clasica Alcobendas, fait désormais figure de grand favori après sa surprenante démonstration dans le contre-la-montre et sa belle résistance dans la montagne. « Je doute fort qu’il craque. Où peut-on lui prendre du temps? Il a été le plus fort contre le chrono et il faut voir comment il a passé les Pyrénées », estime Aitor Gonzalez, vainqueur en 2002, 8ème à 4 minutes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *