Dakhla Ultimate Sahara Trail du 5 au 9 novembre

Dakhla Ultimate Sahara Trail  du 5 au 9 novembre

La ville de Dakhla donne rendez-vous du 5 au 9 novembre avec «Dakhla Ultimate Sahara Trail» qui permettra aux participants de vivre des moments d’exaltation sportive.

Après une compétition réussie du raid féminin et solidaire «La Saharienne», les organisateurs cherchent à présent à revivre ce succès, à travers un Ultimate Trail mixte, par étape et en semi-autonomie. Le Dust se déroule sur trois jours/trois étapes et deux distances distinctes, 90 km (3×30) et 150 km (3×50) en semi-autonomie. Il s’inscrit dans la lignée des plus grandes courses extrêmes et des plus célèbres Ultra Trails. Il s’agit d’une nouvelle course née de la rencontre de passionnés et d’un lieu extraordinaire.

Ultimate Event, qui organise cet évènement, a été séduit par Dakhla, un lieu unique entre désert et mer, notamment à travers l’organisation de La Saharienne, raid féminin et solidaire. Le climat et la géographie font de la péninsule de Dakhla un hub des sports écologiques. La ville de Dakhla bénéficie de potentialités touristiques et économiques importantes, à savoir des ressources halieutiques riches et diverses, une baie de Oued Eddahab qui s’étale sur plus de 400 km², quelque 667 km de littoral, des conditions pédoclimatiques idéales pour la production des primeurs, parcours importants pour l’élevage camelin, et enfin un ensoleillement et vitesse de vent optimaux et uniques, affichant une température moyenne de 22°C, durant toute l’année. Dakhla est géographiquement située à la pointe de la presqu’île, entre mer et désert, souligne un communiqué des organisateurs.

Et d’ajouter que cet évènement portera sur une course en semi-autonomie qui sous-entend la capacité de chacun à être autonome entre deux points de ravitaillement, aussi bien sur le plan alimentaire que sur celui de l’équipement vestimentaire ou de sa sécurité.

Ce principe implique que chaque coureur ait avec lui, pendant toute la durée de la course, la totalité de son matériel obligatoire lui permettant de s’adapter aux problèmes rencontrés ou prévisibles (mauvais temps, problème physique, blessure, temps d’attente des secours, etc.). Des parcours de 30 à 50 km journaliers sur 3 jours, avec bivouac tous les  soirs et repas d’après course.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *