David Rudisha : né pour gagner et régner

David Rudisha : né pour gagner et régner

C’est peu dire que le jeune Kényan David Rudisha, qui a battu le record du monde du 800 m (1:41.09) dimanche à Berlin, était né pour courir et devenir probablement le Wilson Kipketer, auquel il a succédé dans la chronologie de la marque planétaire, des années 2010.  Son père Daniel avait été un des relayeurs en argent du 4X400 m aux J0 de Mexico, en 1968, qui avaient marqué l’irruption du Kenya au sommet des courses de demi-fond, dans le train de l’inoubliable Kipchoge Keino, vainqueur du 1500 m. Superbe Masai (1,83 m/70 kg), Rudisha était un prédestiné, champion du monde juniors en 2006 à Pékin, à moins de 18 ans. En raison de la forte densité de ses compatriotes au niveau mondial sur le double tour de piste, les JO-2008 de Pékin étaient arrivés un peu tôt pour lui. Mais dès l’année suivante, il avait gagné les sélections de son pays. Un des favoris pour le titre aux Mondiaux 2009 à Berlin, Rudisha avait été éliminé en demi-finale. «Un peu à cause de la pluie mais aussi par inexpérience», avait-il avoué en juillet dernier à Lausanne. Il avait remis les pendules à l’heure en réalisant en fin de saison un impressionnant 1 min 42 sec 01/100 à Rieti (Italie). En 2010, Rudisha est invaincu. Depuis le 4 mars à Melbourne, il a enchaîné une série en cours de neuf succès d’affilée, avec des chronos de haut niveau. Lancé par son fidèle Sammy Tangui, il avait déjà approché le record de Kipketer (1:41.11), vieux de 13 ans, le 10 juillet à Heusden-Zolder (Belgique). En 1 min 41 sec 51/10, le Masai avait réalisé le 3e chrono de l’histoire, devenant aussi le 2e performeur de tous les temps pour passer devant le Britannique Sebastian Coe et le Brésilien Joaquim Cruz.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *