De Khartoum à Accra, 51 ans d’histoire

Dans moins d’une semaine, le 20 janvier plus  précisément, la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football soufflera sa 26è  bougie avec le coup d’envoi de l’édition 2008 au Ghana, qui sera marquée par  la lutte entre les nouvelles puissances footballistiques et les grosses  pointures du continent noir. Le football africain, dès sa naissance officielle vers la fin du 20e siècle, n’a cessé de surprendre les observateurs par son émergence et son  développement constant après avoir franchi de grandes étapes en un laps de  temps, devenant à chaque phase finale de la Coupe du monde un adversaire de  taille qui n’a rien à envier aux autres écoles dans les quatre coins du monde. Il a réussi même, à maintes reprises, à s’illustrer face à des géants du  football mondial, grâce à des équipes qui ont marqué de leur empreinte  l’histoire du Mondial, telles les sélections marocaine, ivoirienne,  camerounaise, nigériane et sénégalaise. La CAN, ce rendez-vous biennal qui se tient sous l’égide de la Confédération africaine de football (CAF), retient de plus en plus l’attention du monde  entier, permettant ainsi à la CAF d’acquérir ses lettres de noblesse.  Le 7 juin 1956, fût posée la première pierre dans l’édification de cette  grande instance footballistique continentale, à l’issue de la réunion à Lisbonne de sept éminentes personnalités sportives africaines. La déclaration officielle  de la naissance de la CAF a été proclamée le 8 février 1957 à Khartoum. La constitution de cette instance a été l’œuvre de trois pays, à savoir  l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan. La question des footballeurs africains expatriés a constitué l’un des  importants aspects de cette première évolution de la plus prestigieuse  compétition continentale. En effet, les discussions ont été chaudes au siège de la CAF, au Caire, à  propos de ce sujet, qui sera résolu définitivement par le quatrième président,  l’Ethiopien Ydnekatchew Tessema.
Au début de la compétition, seuls les joueurs évoluant dans leurs pays  étaient autorisés à figurer sur la liste communiquée à la CAF en prévision de  chaque tournoi, comme le stipulaient les règlements de la FIFA. Dix ans plus tard, à Tripoli (3-4 mars), l’Ethiopien Tessema va mettre fin  aux discussions byzantines au siège de la CAF. Conformément à l’article 3 du  nouveau règlement de la FIFA, désormais «tout joueur, citoyen d’un pays en  vertu des lois de ce pays, est qualifié pour jouer en équipe nationale ou  représentative de ce pays ». Cette décision de la CAF a été bénéfique pour le football africain qui,  grâce à l’apport des professionnels, fait actuellement l’objet d’une large  diffusion dans les plus grandes chaînes de télévisions internationales. Le compte à rebours de la CAN-2008 a déjà commencé et la phase préparatoire  des seize équipes participantes bat son plein (concentrations, stages, matches  amicaux).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *