De Rossi : champion du monde et néophyte

De Rossi : champion du monde et néophyte

En à peine quatre saisons professionnelles, le milieu défensif Daniele De Rossi, 23 ans, est déjà champion du monde, mais il va paradoxalement disputer le premier huitième de finale de Ligue des champions de sa carrière avec l’AS Rome, mercredi au stade Olympique contre Lyon.
La confrontation est attendue avec impatience tant le club veut briller dans un épreuve où il ne se distingue plus depuis longtemps. De Rossi, et c’est étonnant pour un joueur qui peut déjà s’enorgueillir d’avoir conquis le plus convoité et prestigieux des trophées, va jouer pour la première fois à ce niveau.
Il sera l’une des clés du match face au quintuple champion de France.
Joueur de champ le plus utilisé par l’entraîneur Luciano Spalletti, il constitue un premier écran redoutable devant la défense. Hargneux, il harcèle, récupère, relance. Et a un atout en plus: une frappe de balle puissante.
Même s’il n’en a pas encore l’influence ni le charisme – il est aussi plus jeune et plus réservé -, De Rossi est de la trempe de Steven Gerrard, l’emblématique capitaine de Liverpool.
Gerrard est un vrai "scouser" (habitant de Liverpool). De Rossi, lui, est un "romaniste" pur sucre. Il est né à Ostie, le port antique de Rome, et sa carrière se résume à la seule Roma. Comme Totti, idole des tifosi et capitaine des Giallorossi – dont il est d’ores et déjà désigné comme l’héritier -, il est inimaginable de le voir revêtir un jour un autre maillot.
«La Roma, c’est mon monde, je m’y sens comme à la maison», témoignait en fin de semaine l’intéressé au "Corriere dello Sport". Et les ardents tifosi le lui rendent bien: il est en quelque sorte le "vice-Totti".
De Rossi a disputé son premier match professionnel en janvier 2003, à 19 ans. Un an et demi plus tard, il a débuté en sélection. Dans les deux cas, il s’est vite imposé.
Faute d’avoir brillé en Coupe d’Europe, et malgré son titre mondial, De Rossi n’est pourtant pas connu hors de la Péninsule. Et s’il a déjà fait parler de lui, ce n’est pas à son avantage.
Parti titulaire au Mondial-2006, il porte un coup de coude à la pommette gauche de l’Américain McBride lors du deuxième match. Il est exclu, et malgré ses excuses, écope de quatre matches de suspension. Il fait sa réapparition en finale : entré en jeu à la place de Totti, il réussit son penalty lors de la séance de tirs au but, trouvant là une forme de rachat. De Rossi s’est dit blessé d’avoir donné une image de lui aussi déplorable. D’autant que quelques mois auparavant, il s’était distingué par sa sportivité.
Alors que la Roma menait 1 à 0 contre Messine, il avait dévié de la main un ballon au fond des filets, et l’arbitre, croyant qu’il avait usé de sa tête, avait accordé le but. De Rossi s’était alors approché de ce dernier pour lui dire qu’il avait utilisé sa main et le but avait été annulé.
Également champion d’Europe Espoirs et médaillé de bronze aux Jeux d’Athènes, il veut aujourd’hui triompher avec son club, et d’autant plus en C1 que le scudetto ne devrait pas échapper à l’Inter cette saison. «Tout ce que j’ai gagné, je le dois à la sélection, dit-il. Il me manque quelque chose avec la Roma pour être satisfait».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *