Demi-finales de la CAN : l’Egypte s’accroche

Après une trêve de deux jours, la 25è Coupe  d’Afrique des Nations de football (CAN-2006) reprendra ses droits, aujourd’hui, avec deux matches-choc des demi-finales, qui mettront aux prises la Côte d’Ivoire et le Nigeria à Alexandrie (13h00 GMT) et l’Egypte et le Sénégal au Caire (17h00 GMT). Si les «Pharaons» et les «Lions de la Teranga» ont décroché leur billet dans les 90 minutes aux dépens des deux révélations de cette édition, à savoir la RD Congo (4-1) et la Guinée (3-2), les  Nigérians et les Ivoiriens ont dû  batailler jusqu’à la séance des tirs au but pour figurer dans le carrée d’As, respectivement contre la Tunisie (6-5) et le Cameroun (12-11).
Grands favoris de la CAN-2006, les Camerounais ont vu, une fois de  plus, leurs ambitions stoppées à cause d’un penalty raté. L’essai manqué de la vedette Samuel Eto’o, lors de la troisième série des tirs au but, a subitement ressuscité le souvenir amer du raté fatal de Pierre Womé contre l’Egypte, en octobre dernier à Yaoundé, lors des éliminatoires combinées CAN/Mondial-2006, qui a coûté à sa sélection l’élimination de la course au mondial allemand au profit  de la Côte d’Ivoire. La déception s’est, ainsi, installée dans le camp des «Lions indomptables» et l’avenir du Portugais Artur Jorge en tant que  sélectionneur du Cameroun devient incertain. En revanche, les «Eléphants» peuvent savourer cette réussite qui confirme leur statut de mondialiste et leur permet de prendre la revanche sur le Cameroun qui les avait battus lors des éliminatoires à l’aller (Yaoundé 2-0) et au retour (Abidjan 3-2).
La première demi-finale devant opposer la Côte d’Ivoire au Nigeria offre un plateau footbalistique des plus alléchants avec la rivalité et l’enthousiasme comme principaux ingrédients. Les deux protagonistes pourront compter sur l’expérience de leur armada de professionnels, mais les Nigérians se distinguent par leur bonne organisation sur le terrain, leur jeu collectif et l’équilibre de leur groupe, contrairement à l’équipe ivoirienne qui mise plus sur les individualités de ses stars. De leur côté, les Egyptiens seront largement favorisés par le soutien inconditionnel du public qui a battu tous les records d’affluence, stimulé par les résultats des "Pharaons" qui ont remporté quatre matches, contre un seul nul blanc devant l’équipe marocaine. L’équipe du pays hôte semble à deux doigts du titre, notamment après l’élimination du champion en titre, la Tunisie, et du  Cameroun, qui œuvrait à se racheter de son échec dans les éliminatoires du Mondial-2006.
Les Sénégalais, chanceux qualifiés par goal average (groupe D), grâce  notamment à la victoire surprise du Zimbabwe sur le Ghana (2-1) lors de la  troisième journée de la phase de poule, se sont  nettement améliorés lors des  quarts de finale. Le jeu collectif et le talent des joueurs ont permis aux «Lions de la Teranga» de dépasser l’obstacle de la Guinée et de se  présenter comme  prétendants sérieux au titre.      
La force de la sélection sénégalaise n’apparaît que dans les grands matches et devant les équipes puissantes, explique El Hadji Diouf, l’enfant gâté du football sénégalais.
Mardi, l’équipe égyptienne, qui sera renforcée par son attaquant vedette, Ahmad Houssam «Mido», absent pour blessure, et Mohamed  Aboutrika, suspendu pour cumul de deux avertissements, détient en  main les clés du match, l’adversaire étant à sa portée.
Comme ce fut le cas tout au long de cette CAN, le sélectionneur  égyptien Hassan Chehata, qui, croyant dur comme fer que chaque  confrontation a ses  propres conditions, procédait match par match,  aurait intensément préparé son équipe à cette demi-finale, avec un  intérêt particulier pour les tirs au but.

Mohamed Benchrif (MAP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *