Dernière étape de son challenge des sept sommets : Bouchra Baibanou à la conquête du Mont Vinson

Dernière étape de son challenge des sept sommets : Bouchra Baibanou à la conquête  du Mont Vinson

Baibanou va rallier Punta Arenas, la ville la plus australe du Chili, d’où elle rejoindra par voie aérienne le glacier Union en Antarctique, puis Twin Otter pour atteindre le camp de base du Mont Vinson à 2.200m.

Son rêve est sur le point d’être totalement réalisé, celui de gravir les 7 plus hauts sommets du monde. L’aventure commença pour Bouchra Baibanou en 2011. Sept ans se sont écoulés pour accomplir un rêve d’enfant. Lors d’une conférence de presse tenue mardi à Casablanca, l’alpiniste marocaine a détaillé le programme de son dernier challenge qui démarrera le 2 décembre. L’ambition est de réussir cette nouvelle ascension et atteindre le sommet du Mont Vinson en Antarctique, devenant ainsi la première au Maroc à escalader le plus haut sommet de chacun des sept sommets.

«Avec beaucoup de persévérance, de volonté et de détermination, je poursuis mon rêve afin de gravir le Mont Vinson, le plus haut sommet de l’Antarctique et être ainsi la première au Maroc à concrétiser le challenge des «Seven summits», a notamment déclaré Baibanou lors d’un point de presse.

«Mon message est de prouver que les rêves peuvent se réaliser. Il suffit d’y croire et d’avoir de la volonté», assure-t-elle.

Le Mont Vinson est le point haut de l’Antarctique culminant à 4.892 mètres d’altitude. Il est situé à 1.200 km du pôle Sud dans le massif Sentinelle de la chaîne Ellsworth qui n’a été découvert qu’en 1958 au cours d’un survol aérien et n’a été gravi qu’en 1966. Dans cette aventure exceptionnelle, Baibanou va rallier Punta Arenas, la ville la plus australe du Chili, d’où elle rejoindra par voie aérienne le glacier Union en Antarctique, puis Twin Otter pour atteindre le camp de base du Mont Vinson à 2.200m. L’ascension va durer environ 10 jours, selon les conditions climatiques qui sont plutôt défavorables dans ce continent connu par ses vents violents et son froid extrême (aux alentours de -40°C), a-t-elle dévoilé, rappelant que cette grimpée va couronner son projet des «Sept sommets» entamé en février 2011, avec le plus haut sommet d’Afrique, le Kilimandjaro (5.895 m). Baibanou, soutenue dans son entreprise par OCP, Masen, ANP, Atlanta Assurances et Maroc Telecom, avait gravi, ensuite, successivement les plus hauts sommets de l’Europe, l’Elbrous (5.642, en juin 2012), d’Amérique du sud Aconcagua (6.962 m, en janvier 2014), d’Amérique du nord Denali (6.194 m, en juin 2014) et de l’Océanie Pyramide Carstens (4.884 m, en novembre 2015) avant de s’attaquer en mai 2017 à l’Everest en devenant la première femme marocaine et nord-africaine à accrocher à son palmarès le plus haut sommet du monde.

A la question si l’alpiniste marocaine compte s’arrêter après avoir réalisé son rêve, la réponse est non. En collaboration avec la Fédération royale marocaine de ski et sports de montagne, elle compte initier les jeunes filles à devenir de futures alpinistes et promouvoir cette discipline auprès des femmes marocaines.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *