Des activités et du provisoire

Des activités et du provisoire

Le comité provisoire de la Fédération royale marocaine d’athlétisme bouge et veut le faire savoir. Depuis quelque temps, les responsables de l’athlétisme national multiplient les manifestations à travers tout le Royaume. Casa-athlétisme en collaboration avec la wilaya du Grand Casablanca, cross country dans les régions les plus éloignées, course sur route, marathon… L’équipe de M’hamed Aouzal veut, en fait, rattraper le temps perdu. Jamais les responsables de l’athlétisme national n’ont été aussi vifs et actifs.
Jamais constitué le comité provisoire, mise en place le 20 août 2000, à la veille des jeux olympiques de Sydney, n’a été aussi reconnaissant envers les athlètes. Dernièrement, ce Comité a effectué un sondage pour élire les meilleurs athlètes. C’est dire que les mentalités ont beaucoup changé au sein de la fédération. D’ailleurs, cette dernière organise, le 15 janvier prochain, une cérémonie au cours de laquelle un hommage sera rendu aux meilleurs athlètes. Ce changement dans la politique de gestion de la chose athlétique mérite d’être saluée. Néanmoins, beaucoup reste à faire. À commencer par le retour de la fédération à la légitimité. Seul moyen pour redonner confiance à cette instance. Annoncées à plusieurs reprises, les assises de la FRMA ont été reportées pour plusieurs raisons.
Avant les jeux Olympiques, c’était impossible, car, selon Aouzal, cela aurait créé des remous. Juste après les olympiades, ce dernier avait déclaré que l’assemblée générale de l’instance dirigeante de l’athlétisme national aurait lieu, au plus tard, au mois de septembre, ce qui n’a pas été fait. Car si la fédération en a décidé ainsi, c’est parce que la candidature de Casablanca pour l’organisation des championnats du monde 2009 a contraint la FRMA à mettre en place une nouvelle structure avant la visite de la commission d’inspection de l’IAAF prévue durant le même mois. Comme quoi il faut une échéance fatidique pour accélérer la mise à niveau, pour ne pas dire tout refaire. C’est la même stratégie adoptée par la Fédération royale marocaine de football lors de la candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du Monde 2010. Maintenant que les donnes ont changé, on se demande pourquoi la fédération ne veut pas tenir son assemblée générale. C’est parceque, tout simplement, cette dernière doit rendre des comptes.
Comme la FRMT, la fédération royale marocaine d’athlétisme est l’une des rares instances à n’avoir pas encore fixé une date précise pour ses assises. Tout cela alors que Mohamed Aouzal vient d’être désigné meilleur dirigeant d’un sport individuel par le journal égyptien «Al Ahram».
Plus que jamais, l’athlétisme national a besoin de ses hommes et de ses champions, comme Zahra Ouaâziz qui a mis un terme à sa carrière pour intégrer le centre de formation de Rabat, ou encore Sekkah, Bouteyeb, Nezha Bidouane… pour aller de l’avant. Surtout qu’au niveau international, le Maroc compte un certain nombre de représentants au sein de l’IAAF, pour ne citer que Hicham El Guerrouj, membre de la commission des athlètes, Nawal Al Moutawakil, membre du bureau exécutif, et Mohamed Benchrif, membre de la commission média. Terre d’athlétisme et de grands champions, le Maroc, cinquième nation d’athlétisme au monde, devant de grosses pointures, telles que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, veut accueillir les grands événements. Ainsi, au mois de juillet prochain, la ville de Marrakech abritera les championnats du monde juniors. Jusqu’à maintenant 140 pays ont confirmé leur participation à cette compétition.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *