Des contrôles antidopage inopinés à partir de juillet 2009

Des contrôles antidopage inopinés à partir de juillet 2009

L’instance représentant les joueurs de football anglais a critiqué l’initiative de soumettre 30 athlètes de première division anglaise à des contrôles antidopage inopinés à partir de juillet 2009, un plan révélé mardi par le quotidien The Sun. «Nous pensons que pénétrer dans l’intimité du foyer d’un joueur serait aller trop loin», a déclaré mardi devant la presse Gordon Taylor, directeur général de l’Union des footballeurs professionnels (PFA). Un premier groupe de 30 joueurs fera l’objet de cinq contrôles dans l’année, et devront être en permanence disponibles pour cela, a déclaré mardi au Sun Andy Parkinson, responsable des opérations antidopage de UK Sport, l’organisme qui gère le sport britannique. Le système actuel en vigueur dans les compétitions internationales et les championnats européens, dont la Premier League, prévoit de contrôler des joueurs tirés au sort à l’issue de chaque match.
«Cela laisse les joueurs libres de prendre ce qu’ils veulent pendant l’été, où ils disparaissent de nos radars», a expliqué M. Parkinson. «Désormais, on pourra les contrôler même s’ils sont à la Barbade». Gordon Taylor a rappelé de son côté que «depuis des décennies», «il y a une absence virtuelle de toute substance améliorant les performances» dans le football. «Nous sommes conscients que le football est un des sports les plus regardés et nous souhaitons coopérer, mais le football ne devrait pas être traité comme les sports individuels qui ont, eux, des problèmes de dopage, comme l’athlétisme, le cyclisme ou l’haltérophilie», a ajouté Taylor.
Le plus gros scandale de dopage dans le football anglais a eu lieu en 2003, lorsque l’international Rio Ferdinand avait été suspendu huit mois pour s’être soustrait à un contrôle antidopage lors d’un entraînement avec Manchester United. Il a toujours assuré avoir «oublié» de se présenter.
Les principaux contrôles positifs ne concernaient cependant pas des substances améliorant les performances, mais des drogues que les joueurs ont pu prendre pour le plaisir. Chelsea a ainsi licencié son gardien australien Mark Bosnich et son attaquant roumain Adrian Mutu, testés positifs à la cocaïne en 2002 pour le premier et 2004 pour le second.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *