Des opposants à Pékin s’invitent à la cérémonie

Trois hommes, dont le secrétaire général du mouvement Robert Ménard, ont tenté de s’approcher de la tribune pendant le discours du responsable chinois du Comité d’organisation des jeux (Bocog), Qi Liu. L’un d’eux a eu le temps de déployer une banderole sur laquelle était inscrit «Boycottez le pays qui piétine les droits de l’Homme». Un autre a crié de derrière la tribune officielle «liberté, liberté». Ils ont été aussitôt interpellés. Sur les images télévisées retransmises dans le monde par la télévision publique grecque Net, on a pu voir rapidement un court mouvement de foule vers la tribune, avant que les caméras ne passent en plan serré sur Qi Liu. La télévision chinoise a pour sa part suspendu brièvement la retransmission, sans explication, peu après le début du discours de Qi Liu. A la place ont été diffusées des images d’archives du site d’Olympie et d’une torche. Le gouvernement grec a peu après «condamné» l’incident, dénonçant un acte n’ayant «aucune relation avec l’esprit olympique». «je pense que c’est toujours triste lorsqu’il y a des manifestations, mais elles étaient non-violentes et c’est la chose la plus importante», a réagi pour sa part le président du Comité international olympique (CIO),  Jacques Rogge. Peu après la fin de la cérémonie, une dizaine de militants de la cause tibétaine, certains barbouillés de peinture rouge, se sont allongés dans une rue d’Olympie, où ils ont chanté des slogans hostiles au gouvernement chinois, avant d’être rapidement délogés par la police grecque, qui a conduit certains d’entre eux au commissariat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *